Esteville : il craque pour l'Aubrac...


© B.Delabre
Eleveur bio pratiquant la vente directe, David Léger a été séduit par la race Aubrac, qui est à l'honneur du 55ème Salon International de l'Agriculture.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

 

 

Respectant l’alternance entre races laitières et races allaitantes (à viande), le Salon international de l’Agriculture a cette année décidé de mettre la race Aubrac à l’honneur.

Originaire des hauts plateaux de l’Aveyron et de la Lozère, l’Aubrac n’est pas une race très fréquente en Normandie. Loin s’en faut.

Elle a pourtant séduit David Léger, éleveur à Esteville (76).

 

Mère attentive, elle se nourrit de peu

 

Une race bien adaptée à la vente directe

 

Un fort caractère parfois difficile à apprivoiser

 

 

 

Mère attentive, elle se nourrit de peu

 

Converti à l’agriculture biologique, David Léger a en partie construit son modèle économique sur la vente directe de viande bovine. Dès son installation, et après mure réflexion, son choix se porte sur la race Aubrac.

Disposant de 22 ha de surface fourragère sur une exploitation de 47 ha, David Léger élève 23 femelles de plus de deux ans. En 2017, il a vendu en caissettes, 17 veaux et 5 vaches adultes. Il livre deux Amap à Malaunay et à Etaimpuis. Mais l’essentiel de sa viande est vendue directement à la ferme.

Race rustique adaptée au pâturage, encore très laitière, ce qui reste essentiel pour nourrir les veaux, l’Aubrac correspond bien au système d’élevage de David Léger. « Comme je suis en bio - et aussi par principe - je ne donne aucun concentré, explique l’éleveur. Mes vaches ne sont donc élevées qu’au foin ou à l’enrubannage. »

La rusticité de la race Aubrac permet de supporter ce régime sans chute de production. Elle est capable de valoriser très peu sans perdre vraiment de conformation. En tout début de printemps David Léger est même obligé de les rationner un peu pour éviter que les mères n’engraissent trop.

 

vache race aubrac david léger esteville 76
© B.Delabre

 

Une race bien adaptée à la vente directe

 

De plus, son gabarit relativement petit, en comparaison d’autres races allaitantes, joue paradoxalement en sa faveur.

En effet en circuit de vente long (le circuit traditionnel), les carcasses lourdes sont plus intéressantes notamment parce qu’elles permettent de réduire les frais d’abattage et de transport par kilo de viande.

Mais en vente directe, la question se pose différemment. Car avec un gabarit plus petit, on peut mieux réguler sa production dans le temps. David Léger : « Cela fait un nombre de colis plus restreint, les côtes sont plus petites et c’est plus facile à vendre. Et comme elles sont plus petites, j’ai aussi plus de vaches. »

Un atout qui fait que la race est, en dehors de ses zones d’élevage traditionnelle, de plus en plus prisée des éleveurs en circuit court, notamment en Bio.

« Pour vendre de l’Aubrac en circuit conventionnel, ce n’est pas facile. Il faut trouver son marché. Alors qu’en bio, même en circuit long, on arrive à bien les valoriser, notamment avec les grilles de l’Unébio qui sont bien équilibrées. »

Et en vente directe, le délicat maquillage qu’elle arbore et sa robe froment, apporte un élément marketing supplémentaire. « C’est une race qui est vraiment vendeuse, assure David Léger. Ses lunettes plaisent beaucoup et c’est une race originale en Normandie. Et l’image du plateau de l’Aubrac est aussi séduisante. »

 

haute égérie salon agriculture 2018 aubrac
Haute, l'égérie du Salon de l'Agriculture 2018, est élevée dans l'Aveyron par Thibaut Dijols.

 

Un fort caractère, parfois difficile à apprivoiser

 

Et ce même si les cornes sont souvent coupées… Car la belle a du caractère, comme beaucoup de races rustiques et très maternelles. Un vrai atout lorsque les vaches sont dehors, mais qui crée vite des tensions dans les bâtiments, durant l’hiver.

David Léger : « En bio, on n’écorne pas. On peut par contre couper le bout des cornes. Avant je ne le faisais pas. Mais il y avait des tensions difficiles à gérer. Un hiver, j’ai un petit taureau qui n’a pas beaucoup mangé. Les vaches ne le laissaient pas s’approcher du cornadis. »

 

taureau race aubrac david léger esteville
© B.Delabre

 

Malgré ce fort caractère, et les difficultés de manipulation qui peuvent en découler, la race Aubrac est en plein développement. Selon l’UPRA, l’unité de promotion de la race, on compte environ 200 000 vaches Aubrac adultes en France. Et la belle se serait exportée dans plus de 15 pays.

 


David Léger - La Ferme du Petit Bois

 

124 chemin du Petit Bois - 76690 Esteville

 

Viandes de bœuf et de veau sous la mère - Oeufs - Agriculture biologique. Ouverture ponctuelle pour le retrait des colis de viandes sur réservation uniquement. Se référer au calendrier des ventes Vente directe d'oeufs biologiques tous les vendredis de 17h à 19h.

davidleger@orange.fr - Tél. : 06 85 37 26 45


 

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

31 Janvier 2018 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

En Normandie, des expérimentations pour se passer du Glyphosate
En Normandie, des expérimentations pour se passer du Glyphosate
Des initiatives d'agriculteurs et des aides de la Région pour se...
25 Juin 2019 | Benoît Thiollent
Une licence professionnelle pour un nouveau regard sur l’agronomie
Une licence professionnelle pour un nouveau regard sur l’agronomie
La Licence professionnelle Agriculture, développement durable et...
25 Juin 2019 | Benoit Delabre
Les rencontres Made in Viande en Normandie 2019 élevage viande boucherie
Les rencontres Made in Viande en Normandie
La filière élevage et viande ouvre ses portes au public du 22 au 29...
14 Mai 2019 | Benoit Delabre
Un week-end Vachement déPAYSANt affiche 2019
Un week-end Vachement déPAYSANt
Les 18 et 19 mai, 14 fermes normandes ouvrent leurs portes au public...
10 Avril 2019 | Benoit Delabre
string(44) "Esteville : il craque pour l'Aubrac... "
string(39) "Esteville : il craque pour l'Aubrac... "