Aïd El-Kébir : "l'Etat pénalise les éleveurs" selon la Confédération paysanne


La Confédération paysanne dénonce le modèle répressif mis en place par l'Etat autour du transport et de l'abattage des moutons, lors des fêtes musulmanes.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

 

Dans un communiqué de presse du 31 août 2017, la Confédération paysanne s'emporte contre les décisions gouvernementales qui entourent l'abattage rituel des moutons, dans le cadre des fêtes musulmanes de l'Aïd-el-Kébir ou Aïd-al-Adha.

Un problème récurrent depuis des années en France, où l'abattage en dehors des outils industriels agréés reste strictement interdit, et où les règles de transport des animaux sont de plus en plus normalisées...

Mais la Confédération paysanne dénonce "la voie de la répression" choisie par l'Etat pour éviter la hausse des abattages dit clandestins, c'est à dire en dehors des abattoirs spécialisés.

Le syndicat agricole dénonce "le manque notoire d'outils d'abattage" et le refus de l'Etat de la mise en place de nouveaux lieux d'abattage comme le demandait la Confédération paysanne.

"Les vidéos tournées par les extrémistes de la cause animale représentent une telle menace pour les abattoirs, en particulier les outils de petite taille au service des territoires, que nombre d'entre eux ont pris la décision de ne pas réaliser d'abattage pour l'Aïd 2017" , constate la Confédération paysanne.

La Confédération paysanne avait alerté les pouvoirs publics dès le mois de mars, afin qu'ils accompagnent l'ouverture de nouveaux sites d'abattages temporaires garantissant le respect de la réglementation sanitaire et du bien-être animal.

"Mais le ministère n'a rien voulu entendre. L'interdiction des mouvements d'animaux qu'il a recommandée (ndlr : au près des préfectures) criminalise les éleveurs, alors même que ceux-ci n'ont pas accès à des lieux d'abattage disponibles !"

En creux de ces revendications, la Confédération paysanne recherche aussi à faciliter les ventes de gré à gré des éleveurs vers les particuliers, méthode d'achat traditionnelle des moutons sacrifiés pour l'Aïd.

Le syndicat constate en effet que durant cette période, "de nombreux éleveurs peinent à vendre leurs animaux", assurant que les abattoirs industriels "préfèrent importer massivement des animaux d'Espagne et d'Europe de l'Est à prix cassés, plutôt que de s'approvisionner localement."

Le syndicat agricole aurait donc aimé voir se multiplier les initiatives prises dans certains départements, comme dans le Tarn "où le préfet a accepté la tenue d'un marché au vif avant la fête et a décidé de ne pas criminaliser les transports d'ovins pendant l'Aïd. "

"Mais dans de nombreux autres départements, la situation est critique : les ministères de l'agriculture et de l'intérieur doivent agir !" conclut le communiqué de la Confédération paysanne.

 

A lire aussi...

 

Aïd-al-Adha : les règles de transport et d'abattage des ovins

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

01 Septembre 2017 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Democratie : le monde agricole elit ses representants
Democratie : le monde agricole choisit ses representants
2,5 millions de personnes sont appelées à participer aux élections...
16 Janvier 2019 | Benoit Delabre
Imminence Salon de l'Agriculture bleue du nord
Avec Imminence, le Salon de l'Agriculture se met au bleu
La Bleue du Nord Imminence sera l'égérie du prochain Salon...
15 Janvier 2019 | Benoit Delabre
Dans le Perche, une initiation pour devenir apiculteur amateur.
Une saison d'initiation apicole à Saint-Cyr-la-Rosière à l'Ecomusée...
14 Janvier 2019 | Benoît Thiollent
Plérin marché du porc breton porcelets
Marche du porc breton : cours moyen stable
Les cotations relevées sur le Marché du porc breton de Plérin (22)...
10 Janvier 2019 | Benoit Delabre