SIA 2018 - Eleveur de moutons : la vocation de jeunes normands


© B.Delabre
5 jeunes normands ont participé à la finale nationale du concours des jeunes bergers : les Ovinpiades 2018. De quoi susciter des vocations.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             

 

Ils étaient 5 jeunes normands, issus des lycées agricole du Robillard (14) et d'Yvetot (76) à participer cette année à la finale nationale du concours des jeunes bergers, les Ovinpiades 2018. Deux dans l'épreuve individuelle, et 3 en équipe, dans l'épreuve collective.

L’épreuve  s’est déroulée dans le cadre du Salon international de l’Agriculture le 24 février. Elle est destinée à susciter des vocations en faveur d’une production qui peine à renouveler ses éleveurs,

Et cela fonctionne !

 

« Depuis que j’ai 4 ans, je veux être agriculteur ! »

 

Plus technique que ce qu'on ne croit

 

 

« Depuis que j’ai 4 ans, je veux être agriculteur ! »

 

La preuve, Lucas Vannier, 18 ans et étudiant en 1ère année de BTSA au lycée agricole d’Yvetot (76), en a (presque) fait une vocation.

Originaire de Trun (61), Lucas s’est découvert une passion pour l’agriculture, il y a longtemps. « Mes parents ne sont pas du tout du milieu agricole. Mais depuis que j’ai 4 ans, je veux être agriculteur ! »

Mais lorsqu’il entre au lycée agricole, Lucas s’imagine plutôt à la tête d’un élevage laitier, avec un peu de viande et des céréales. Il a même déjà une préférence pour la race bovine : la Normande bien sûr, ou pourquoi pas la Jersiaise ou la Brune des Alpes.

Mais en découvrant l’atelier d’élevage ovin du lycée d’Yvetot, Lucas a presque une révélation. « C’est un atelier qui est passionnant. Et c’est aussi un animal de petite taille, qui du coup est plus facile à gérer et à manipuler. »

Voilà notre jeune normand près à changer un peu son plan de carrière…

 

ovinpiades 2018 jeune berger lucas vannier lycée yvetot
Lucas Vannier, évalue l'état de santé d'une brebis lors des Ovinpiades 2018 à Paris - © B.Delabre

 

Malgré tout, le jeune homme ne sait pas encore de quoi l’avenir sera fait. Il sait notamment que son avenir professionnel sera aussi fonction des opportunités qu’il rencontrera. Pas sûr qu’il y ait des moutons, donc ; pas sûr non plus que ce soit en Normandie.

« La Normandie c’est chez moi. J’aimerai bien y vivre. Mais ce n’est pas comme si mes parents y avaient une ferme. Ce sera donc en fonction des opportunités et même pourquoi pas à l’étranger. »

Une chose est certaine, Lucas Vannier souhaite pouvoir vivre de ce métier / passion. Il espère pour cela pouvoir travailler en circuits courts, voire même en vente directe.

« Quand on voit comment sont commercialisés les produits des agriculteurs… » soupire-t’il. Ce qu’il veut donc, c’est essayer de conserver pour lui, la valeur ajoutée. Et il espère un peu de renfort pour gérer avec lui cette partie de commercialisation…

 

Plus technique que ce qu'on ne croit

 

Second concurrent normand de ces Ovinpiades 2018, Félix Royer, lui, n’a pas modifié d’un pouce son plan de carrière.

Lui non plus n’est pas fils d’agriculteurs. L’agriculture, il l’a découverte aux côtés de ses cousins et d’amis.

Originaire d’Alençon, il est aujourd’hui, à 22 ans en seconde année de BTS au Lycée agricole du Robillard dans le Calvados.

Et il ne jure que par le mouton.

« C’est un élevage passionnant, qui est beaucoup plus technique qu’on ne l’imagine parfois ».

 

félix le royer ovinpiades 2018 jeunes bergers le robillard

De bonnes dents pour bien manger... Félix Le Royer observe la qualité de la dentition d'une bélier lors des Ovinpiades 2018 à Paris - © B.Delabre

 

Pour autant, le jeune homme ne se voit pas éleveur demain… A l’issue de son BTS, il envisage une année de licence (dans l’Aveyron, au pays des moutons), et ambitionne ensuite de devenir technicien… quitte à posséder sa propre ferme en parallèle.

Sera-t’elle en Normandie ? rien n’est certain. Car si Félix aime à rappeler qu’il est « un pur normand », et qu’il aura toujours un pied dans la région, il a aussi des envies de voyages…

 

L'équipe du lycée agricole d'Yvetot ayant participé à l'épreuve collective des Ovinpiades 2018. - © B.Delabre

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

24 Février 2018 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Le 15 septembre, date limite des candidatures aux Trophées de l'Installation
Un prix de 1000 euros est attribué au gagnant.
04 Septembre 2019 | Benoît Thiollent
En Normandie, des expérimentations pour se passer du Glyphosate
En Normandie, des expérimentations pour se passer du Glyphosate
Des initiatives d'agriculteurs et des aides de la Région pour se...
25 Juin 2019 | Benoît Thiollent
Une licence professionnelle pour un nouveau regard sur l’agronomie
Une licence professionnelle pour un nouveau regard sur l’agronomie
La Licence professionnelle Agriculture, développement durable et...
25 Juin 2019 | Benoit Delabre
Les rencontres Made in Viande en Normandie 2019 élevage viande boucherie
Les rencontres Made in Viande en Normandie
La filière élevage et viande ouvre ses portes au public du 22 au 29...
14 Mai 2019 | Benoit Delabre
string(62) "SIA 2018 - Eleveur de moutons : la vocation de jeunes normands"
string(62) "SIA 2018 - Eleveur de moutons : la vocation de jeunes normands"