Incendie Lubrizol : dans le Pays de Bray, un collectif pour une action en justice


De droite à gauche, Christophe Holleville, Me Barbier - avocat, et Michel Lejeune - Maire de Forges-les-Eaux.
Particuliers et petits agriculteurs brayons effectuent des dépôts de plainte contre Lubrizol.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

      

 

 

La situation au 4 octobre en bref :

L'incendie de l'usine Lubrizol a déposé le 26 septembre une trainée de suie depuis Rouen jusqu'à la Belgique. On sait désormais précisément que cette fumée est la conséquence de la combustion de 5 253 tonnes de substances chimiques. La majorité (63% du stock) sont des additifs multi-usages, le reste des solvants ou des détergents. Annoncés initialement pour cette semaine, les résultats d'analyses d'eau, de sol et de végétaux agricoles sont repussés au 11 octobre.

 

Christophe Holleville, habitant de Forges les Eaux, a initié une réunion publique le 3 octobre dans sa commune. Son envie de réunir la population a muri après avoir déposé plainte contre Lubrizol dès samedi matin. Son idée ? : initier un collectif de citoyens pour centraliser les dépôts de plaintes individuels. Et arriver à organiser une action en justice collective.

Au soir du 3 octobre, il tient à clarifier : "Je ne serai pas votre leader. Je l'ai été pour vous ouvrir les yeux. Je ne suis pas le messie. J'ai eu un réflexe de papa. Vous êtes des citoyens, vous avez des droits face à un pollueur comme celui là. N'écoutez pas forcément ce que l'on vous dit, mais plutôt votre coeur"

 

Salle comble au théâtre de Forges les Eaux le 3 octobre - Photo B.Thiollent

 

 

Le témoignage de Christophe Holleville est en tous points semblable à celui des personnes situées sur la trajectoire du panache de fumée de l'incendie de l'usine Lubrizol. La découverte de l'événement en cours au petit matin par la radio. Et l'incrédulité, dans la matinée, de découvrir qu'une noirceur se dépose sur sa commune située à 40 kilomètres de Rouen.

De l'incendie du 26 septembre, il lui reste visuellement les traces noires toujours présentes sur son mobilier de jardin. Intellectuellement, il s'avoue enrichi d'une consommation non stop des médias et recherches personnelles. Et psychologiquement, il se dit volontiers porteur d'émotions variées, conjuguant à la fois des craintes et une forme d'optimisme :  "J'aimerai très fortement que ma plainte soit inutile. J'espère de tout coeur que les analyses annoncées par l'Etat soient rassurantes. J'ai voulu le faire pour mes enfants et ne pas me reprocher plus tard de ne pas l'avoir fait. Mais voilà, on a bien été pollués."

A ses côtés à la tribune du théâtre municipal prêté pour l'occasion, Michel Lejeune, maire de la commune. Sortant à l'instant d'une réunion où le Préfet a dressé un point de la situation rassurant aux Maires ruraux. Au sujet d'un éventuel dépôt de plainte, l'élu lui emboite le pas. Annonçant le sien pour le lendemain.

Dans la salle, des citoyens et des agriculteurs du Pays de Bray. La tension est palpable. Les propos introductifs de Maitre Barbier, avocat pressenti par Christophe Holleville pour mener un combat judiciaire collectif, font soupirer d'exaspération. Dur pour le public de s'entendre rappeler la lenteur de l'instruction de la marée noire en Bretagne. Où que le traitement judiciaire de l'explosion de l'usine AZF de Toulouse en 2001 n'est pas clos à ce jour.

Etait présent dans la salle, Dittmar Hedreul et sa bouteille d'eau souillée, que nous avions rencontré à rouen le 1er octobre :

 

 

 

L'avenir de l'agriculture brayonne

Présents ce soir à Forges parmi les citoyens, plusieurs professionnels de l'agriculture. Ils composent l'ADN de la région. Le Pays de Bray se caractérise par une multitude de petites exploitations agricoles, notamment de maraîchage. Dont nombre d'entre elles sont gérées par des pluri-actifs. Et s'ajoute à cela toutes ces personnes qui ont des poules ou quelques moutons pour s'assurer un petit revenu d'appoint.

Depuis la semaine dernière, ces membres de la communauté agricole brayonne assistent médusés aux annonces d'aides destinées aux agriculteurs laitiers pour passer la crise. Mais pour l'instant, rien pour eux. Ils se sentent abandonnés. Et formulent pour certains la prédiction d'un avenir bien sombre pour leur activité. Tous adhèrent pour autant avec le principe de précaution. Le dilemme est là. Avec un délai rallongé pour le résultat des analyses, tous attendent désormais avec impatience la date du 11 octobre pour enfin savoir.

Car le mal est fait. Le gel des productions mis en place par le Préfet produit des effets immédiats sur le plan économique. Et tous se questionnent sur le délai nécessaire à restaurer la confiance du consommateur.

 

Des annulations de visites pédagogiques

Frédéric Hanocque, gérant de la ferme Gröning à Grumesnil, s'exprime avec émotion : "J'ai des écoles et des centres de loisir de Paris qui annulent des visites. Je ne peux plus recevoir d'enfants dans ma ferme. Il n'y a pas que ce foutu lait dans l'agriculture, il y a aussi le miel. Les laitiers vont être indemnisés. Mais nous, on est tous en train de mourir. La Chambre d'Agriculture m'a dit : le lait sera payé, vous on n'en sait rien"

 

Le fromage de chèvre impacté

Un producteur de fromage de chèvre, dont la vente est également stoppée, témoigne de la situation ubuesque dont il est victime : "Le jour du sinistre, il pleuvait. On n'a donc sorti les chèvres. Les chèvres sont ne sont pas sorties le jour du sinistre, et pas non plus depuis. Elles mangent du foin récolté au printemps. Et on nous interdit de collecter le lait pour en faire du fromage. Les chèvres n'ont pourtant pas été au contact des suies".

 

Les maraîchers touchés à coeur

Pascal Henache est maraîcher à Sommery, en label bio. Il a créé la Ferme de la Cavée il y a 4 ans. Et fait partie des rares à pratiquer la traction animale.

 

La ferme de la Cavée en images :

 

Il refait le film de cette semaine folle : "Jeudi, j'ai constaté la fumée comme tout le monde. Vendredi, un mail de la chambre d'agriculture m'a demandé d'arrêter toutes les récoltes. Samedi, je n'ai pas eu de clients. J'ai perdu ce jour là 150 euros, sur des légumes récoltés avant l'incendie. Dimanche matin, j'ai fait un dépôt de plainte, pour destruction de mes cultures. Et ce jeudi matin, j'ai eu une visite d'inspection d'Ecocert, organisme certificateur en agriculture biologique. Mon label AB va être suspendu. Un label AB, ce n'est pas gratuit, il faut payer 500 euros pour l'avoir."

L'émotion le submerge : "Comment je vais récupérer mon affaire ? Je n'ai pas la réponse. Je n'ai pas de trésorerie pour tenir. J'ai besoin d'aide."

Une fois passée cette prise de parole publique, Pascal Henache s'est fait volontiers précis auprès de nous vis à vis des organismes professionnels agricoles : "La Chambre d'Agriculture ne nous laisse pas sur le côté. Même si la particularité de l'agriculture bio n'avait pas été pris en compte au départ. On ne nous a assurés que très récemment qu'on serait indemnisés. On nous a parlé de 200 000 euros d'aides d'urgence pour les producteurs du Pays de Bray. Reste à savoir ce dont chacun bénéficiera et bien sûr sous quel délai."

Mais l'inquiétude demeure : "Je risque de perdre mon entreprise, alors que c'est l'une des plus saines du Pays de Bray. Tous les producteurs de production bio vont certainement perdre leur label." La sentence est très dure à supporter pour ces personnes dont les pores de la peau transpirent de valeurs écologiques. Dans la souffrance, la détermination demeure : "On a monté un collectif de 10 maraîchers. On a organisé des prélèvements avec un huissier. Une plainte collective va être déposée."

Avec sa récente récolte de pommes de terres consignée en attendant le résultat des analyses, Pascal Henache a pris la décision d'ouvrir quand même sa boutique à la ferme ce samedi matin. Pour vendre seulement quelques produits récoltés avant le 26. Mais surtout pour discuter avec les clients.

Car au delà des imbroglios administratifs et financiers, le plus difficile sera de retrouver après la crise la confiance du consommateur. Le principe de précaution est à ce prix. Michel Lejeune, maire de Forges-les-Eaux, ne rassure pas l'assistance sur l'avenir de la Région : "Il n'y a pas que le lait et la viande dans la région. Il y a effectivement plein d'activités qui vont souffrir, c'est sûr et certain. Et la réputation du département est fortement impactée."

 

Dépôts de plainte des citoyens

Ces témoignages d'agriculteurs ont éclairé ce jeudi 3 octobre la réunion publique voulue par Christophe Holleville. Son souhait de constituer un collectif de citoyens va se réaliser. En fin de soirée, le registre d'inscription s'est rempli. En attendant les effets du bouche à oreille dans la région.

Les habitants du Pays de Bray se voient ainsi condamnés par les conditions météorologiques du 26 septembre à endosser le rôle d'irréductibles gaulois. Le combat ne fait que commencer.

 

 

Les communes de Seine-Maritime concernées par l'arrêté préfectoral de gel des productiions :
Argueil, Beaubec la Rosière, Beaussault, Beauvoir en Lyons, Bierville, Bihorel, Blainville Crevon, Bois Guilbert, Bois Guillaume, Bois Heroult, Boissay, Bosc Béranger, Bosc Bordel, Bosc Edeline, Bosc Guerard Saint Adrien, Bosc le Hard, Bosc Mesnil, Bosc Roger sur Buchy, Bouelles, Bradiancourt, Brémontier Merval,Buchy, Cailly, Catenay, Claville Motteville, Compainville, Conteville, Cottévrard, Criquiers, Critot, Dampierre en Bray, Déville les Rouen, Doudeauville, Elbeuf sur Andèle, Emernont sur Buchy, Escalvelles, Esteville, Estouteville Ecalles, Flamets Frétils, Fontaine en Bray, Fontaine le Bourg, Fontaine sous Préaux, Forges les Eaux, Fry, Gaillefontaine, Gancourt Saint Etienne, Grainville sur Ry, Graval, Grumesnil Haucourt, Haussez, Héronchelles, Hodeg Hodenger, Houppeville, Illois, Isneauville, La Bellière, La Chapelle Saint Ouen, La Fête Saint Samson, La Hallotière, La Rue Saint Pierre, La Vieux Rue, Le Héron, Le Mesnil Lieubray, Le Thil Riberpré, Longmesnil, Longuerue, Massy, Mathonville, Maucomble, Mauquenchy, Ménerval, Mésangueville, Mesnil Mauger, Mont Saint Aignan, Montérolier, Morgny la Pommeraye, Nesle Hodeng, Neufbosc, Neuville Ferrières, Notre Dame de Bondeville, Pierreval, Pommereux, Préaux, Quincampoix, Rebets, Rocquemont, Roncherolels en Bray, Ronchois, Rouen, Rouvray Catiollon, Saint Aignan sur Ry, Saint André sur Cailly, Saint Georges sur Fontaine, Saint Germain des Essourts, Saint Germain sous Cailly, Saint Martin du Vivier, Saint Martin Osmonville, Saint Michel d'Halescourt, Saint Sans, Saint Saire, Sainte Croix sur Buchy, Sainte Geneviève, Saumont la Poterie, Serqueux, Servaville Salmonville, Sigy en Bray, Sommery, Vieux manoir, Yquebeuf.

Les communes de la Somme concernées par l'arrêté préfectoral  :
Agenville, Ailly le haut Clocher, Airaines, Autheux, Bellancourt, Bertangles, Boufflers, Bus lèes Artois, Conseille, Courcelles au Bois, Domesmont, Domleger Longvillers, Epecamps, Famechon, Frise, Gueshart, Hervilly, Hescamps, Hiermont, Le Meste, Louvencourt, Mailly-Maillet, Maison Ponthieu, Marlers, Meigneux, Montvonvillers, Neuilly le Dien, Offignies, Oneux, Péronne, Picquigny, Pozières, Saint Archeul, Sainte Ségrée, Soues, Surcamps, Vauchelles lès Domart, Vauchelles lèes Quesnoy, Vitz sur Authie.

Les communes de l'Oise concernées par l'arrêté préfectoral  :
Abancourt, Blargies, Broquiers, Bouvresse, Campeaux, Canny-sur-Thérain, Escles-Saint-Pierre, Formerie, Fouilloy, Gourchelles, Héricourt-sur-Thérain, Lannoy-Cuillère, Moliens, Monceaux-l'Abbaye, Mureaumont, Omécourt, Quincampoix-Fleuzy, Romescamps, Saint-Arnoult, Villers-Vermont, Beaudéduit, Briot, Brombos, Cempuis, Daméraucourt, Dargies, Elencourt, Feuquières, Grandvilliers, Grez, Halloy, Le Hamel, Hautbos, Offoy, Saint-Maur, Saint-Thibault, Sarnois, Sommereux, Thieuloy-Saint-Antoine.

 

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

04 Octobre 2019 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Incendie Lubrizol : Radio Paris ment... la faute à qui ?
Le ministre de l'Agriculture s'est risqué à fabriquer une fake news...
13 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
Une nouvelle visibilité pour les races normandes
Une nouvelle visibilité pour les races normandes
9 sites sélectionnés par la Région pour plus communiquer sur les...
08 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
Incendie Lubrizol : le Pays de Bray est venu manifester à Rouen
Incendie Lubrizol : le Pays de Bray est venu manifester à Rouen
4000 personnes se sont réunies le 1er octobre à Rouen. Parmi elles,...
02 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
Equidays : 5 villes du Calvados fêtent le cheval
Equidays : 5 villes du Calvados fêtent le cheval
Du 23 au 27 octobre à Caen, Lisieux, Falaise, Vire et Bayeux
01 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
string(81) "Incendie Lubrizol : dans le Pays de Bray, un collectif pour une action en justice"
string(81) "Incendie Lubrizol : dans le Pays de Bray, un collectif pour une action en justice"