SIA 2017. Le pavillon de la Normandie, symbole de la réunification


L'art de monter sur un cheval par le député Bruno Le Maire - Photo : B.Thiollent
Paroles d'élus et participants à l'inauguration du stand du Salon de l'Agriculture sur leur signification du symbole de la nouvelle Normandie.

 

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             

 

Le lundi, c'est Normandie !

 

En ce lundi 27 février, Hervé Morin, président de la Région Normandie a fait le déplacement au Salon de l'Agriculture pour inaugurer le pavillon Normandie dans le hall des régions. A ses côtés, Sébastien Lecornu, président du Département de l'Eure, Philippe Bas de la Manche, Pascal Martin de la Seine-Maritime, Jean_leonce Dupont du Calvados et Jérôme Nury de l'Orne.

Et, surprise du chef, le 1er Ministre Bernard Cazeneuve himself est venu participer à cette inauguration et s'attarder sur le stand du Département de la Manche.

 

Valoriser l'agriculture

Bernard Cazeneuve n'a pas manqué de rappeler qu'il avait été partisan de la réunification de la Normandie : "Nous avons maintenant une Région qui parle au niveau international. Dont les collectivités réunies peuvent donner à cette région la meilleure image, comme ici au Salon International de l'Agriculture. C'est très important de valoriser les territoires normands de terre et mer."

Sur le stand de la Manche, Bernard Cazeneuve a vanté aux côtés de Philippe Bas les qualités humaines et la capacité de travail des agriculteurs : "Partout où je suis passé le contact a été excellent. La spontanéité et la grande détermination des agriculteurs., la franchise et la sincérité permettent de faire beaucoup de choses." Puis, poursuivant sur l'avenir de l'agriculture : "Les réponses que nous avons apporté montrent la détermination qui est la nôtre. Et montrent aussi tout le travail qui reste à faire ensemble. Redresser l'agriculture et lui donner toutes ses chances sont des combats pour les gouvernements pour les années qui viennent."

 

Bernard Cazeneuve en "régional de l'étape" sur le stand du Département de la Manche - Photo. B.Thiollent

 

"Excellence", le mot du président

"La Normandie n'est plus qu'une. Grâce au G6, l'association des 5 départements et la Région, nous avons pû bâtir ce voyage en Normandie."

Surprenant son monde l'an dernier au même endroit en formulant une volonté de voir la Normandie représentée par le plus grand stand du Salon de l'Agriculture, on retrouve  cette année le président de la Région Normandie plus adulte dans son propos : "C'est parce que notre agriculture souffre, que nous devons faire plus pour valoriser les produits normands. Pour démontrer que la Normandie est une terre d'excellence.

Affirmant avoir fait de l'agriculture une priorité majeure, Hervé Morin, a vanté sa méthode de co-contruction avec la profession de la politique agricole de la Région. Avant d'évoquer la mesure d'aide à l'achat de bateaux initiée pour soutenir un renouvellement de la flotte de pêche.

 

Après son discours, Hervé Morin est passé derrière les fourneaux pour une recette à base de coquilles Saint-Jacques.

 

Des aides à la pêche

Dans l'assistance, on remarque Sébastien Jumel, maire de Dieppe. La pêche, justement, ça le connaît. Dieppe étant le 1er port français de pêche à la coquille.

De sa présence aujourd'hui, il nous déclare : "Je n'oublie pas que la Normandie, c'est terre et mer. L'agriculture est consubstantiel à la culture et à l'économie de la Normandie. Je suis là en soutien à l'agriculture qui souffre. Et j'ai un regard particulier pour que la pêche ne soit pas oubliée de la politique agricole."

L'élu communiste nous fait part de son approbation à la déclaration d'Hervé Morin sur l'aide au renouvellement des bateaux de pêche. Il nous a assure avoir contribué à nourrir ce sujet, notamment l'inportance d'aider les jeunes pêcheurs à l'installer. Néanmoins pour Sébastien Jumel, "il y a encore beaucoup de travail à effectuer pour valoriser des produits de la mer et des filières." 

 

Sébastien Jumel à l'écoute du président du Comité National des Pêches.

 

J'ai r'fait un rêve...

Sebastien Windsor, président de la Chambre Régionale d'Agriculture, a emporté l'auditoire dans le récit d'un rêve d'une Normandie pas si imaginaire que ça. Puisque tous les éléments de son rêve de voyage en Normandie se sont concrétisés sur le stand du salon. Il a notamment fait part de sa fierté de la typicité des terroirs et de la toute nouvelle AOC des cidres du Cotentin.

Décrivant les atouts touristiques de la Normandie, il a mis en perspective le rôle d'ambassadeur de la filière agricole vis à vis de la population.

 

Sébastien Windsor, président de la Chambre d'Agriculture, organisatrice du stand Normandie.

 

 

Prolonger le rêve

David Nicolas, maire d'Avranches estime que "le fait que les Départements aient pris la mesure de l'enjeu en travaillant avec la Région est une très bonne chose". L'élu local séduit par cette dynamique se prend à formuler des envies similaires au delà de l'agriculture : le tourisme, la culture, l'industrie...

Autant défenseur des circuits courts que de l'exportation, il estime que la Normandie est capable d'être en mesure d'être autonome avec ses productions. "Bon, à part pour le vin", nous concède t-il dans un sourire.

 

La poignée de main entre David Nicolas et Bernard Cazeneuve - Photo B. Thiollent.

 

Répartir la valeur ajoutée

Philippe Bas, président du Département de la Manche s'est quant à lui exprimé sur le délicat sujet du prix payé au producteur : "La force l'agriculture de l'agriculture normande, c'est bien sûr sa qualité. C'est aussi la proximité entre la production et la transformation. L'important, c'est d'équilibrer la répartition de la valeur ajoutée dans toute la chaîne de la production et de la fabrication".

Philippe Bas vante les mérites des légumes de la Manche. Puis en fait la dégustation immédiate ! - Photo B.Thiollent.

 

Un label Normandie pour quoi faire ?

Jean-Luc Léger, président du Conseil économique, social et environnemental régional se félicite lui aussi de l'image d'une Normandie réunifiée au Salon de l'Agriculture : "Physiquement, cela montre que les départements ont réussi à se mettre d'accord pour s'afficher sous un seul emblème."

Un travail d'image pour lui à poursuivre vis à vis du consommateur : "C'est tout le paradoxe de l'agriculture contemporaine. Le citoyen français est pour acheter de la qualité, pour acheter diversifié et près de chez lui. Et dans les faits, on s'aperçoit que ce n'est pas ça qui se passe". Pour appuyer sa constatation, Jean-Luc Léger, nous rappelle que le CESER a travaillé les sujets de l'économie circulaire et du rapport de l'agriculture et de l'agroalimentaire.

Et le président du CESER évoque également les agriculteurs : "Ce paradoxe existe aussi chez les agriculteurs eux mêmes. Quand on prend l'exemple de la FNSEA, c'est une organisation de représentation professionnelle extrêmement puissante. Mais avec des organisations professionnelles en dessous qui sont elles très faibles."

A ses yeux, les professions ont du mal à s'organiser elles mêmes. "Une politique régionale peut enclencher une dynamique. Le travail ne fait que commencer, il faut aller sous la bannière Normandie", observe t'il. En espérant que le label Normandie soit pas au final un fourre-tout qui lui porterait préjudice.

 

Faire la fête en temps de crise

Pour Clothilde Eudier, vice-présidente de la Région Normandie en charge de l'Agriculture, le SIA est vécu comme une pause dans la crise agricole : "Le côté festif d'aujourd'hui et mettre en avant nos produits, ça fait du bien. On revient chez nous sur nos exploitations avec un peu de baume au coeur."

On la questionne sur la présence cette année de nouveaux producteurs invités au salon. Lesquels ne sont pas forcément des "gros", comme on dit dans la profession. Tel le Potaverger de l'Orne, que nous avons récemment présenté. La Région a en effet souhaité mettre en valeur précisément ces producteurs : "Il a y eu une prise de conscience de la profession face à la crise de l'importance de la diversification. Tous ces gens ont trouvé leur créneau, c'est formidable. A nous Région de leur faire profiter des fonds européens."

 

Clothide Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'Agriculture, pendant le discours d'Hervé Morin, aux côtés de Xavier Lefrançois.

 

 

Pascal Martin, président de la Seine-Maritime et Patrick Chauvet, vice-président, font la promotion de l'Ordre des Canardiers et de leur fameux canard au sang.

 

Sortie de crise, vraiment ?

Stéphane Le Foll, Ministre de l'agriculture, porté par l'enthousiasme du jour, s'est lui livré à une lecture optimiste de la situation de crise agricole : "Rien n'est réglé avec les producteurs. Au fond, on sort doucement de la crise après des chutes de prix et une surproduction qui a coûté très cher. Mais ça remonte doucement."

 

28 Février 2017 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

En Normandie, des expérimentations pour se passer du Glyphosate
En Normandie, des expérimentations pour se passer du Glyphosate
Des initiatives d'agriculteurs et des aides de la Région pour se...
25 Juin 2019 | Benoît Thiollent
Une licence professionnelle pour un nouveau regard sur l’agronomie
Une licence professionnelle pour un nouveau regard sur l’agronomie
La Licence professionnelle Agriculture, développement durable et...
25 Juin 2019 | Benoit Delabre
Les rencontres Made in Viande en Normandie 2019 élevage viande boucherie
Les rencontres Made in Viande en Normandie
La filière élevage et viande ouvre ses portes au public du 22 au 29...
14 Mai 2019 | Benoit Delabre
Un week-end Vachement déPAYSANt affiche 2019
Un week-end Vachement déPAYSANt
Les 18 et 19 mai, 14 fermes normandes ouvrent leurs portes au public...
10 Avril 2019 | Benoit Delabre
string(77) "SIA 2017. Le pavillon de la Normandie, symbole de la réunification"
string(67) "SIA 2017. Le pavillon de la Normandie, symbole de la réunification"