Découvrez le documentaire "Semer pour la vie"


3 élèves de BTS agricole sont allés à la rencontre d’agriculteurs normands qui ont fait évoluer leurs pratiques professionnelles.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

      

 

Le 18 mai a eu lieu au lycée agricole d’Yvetot une première projection du documentaire "Semer pour la vie".

"Semer pour la vie" est un Projet d’initiative et de communication mené par Mohamed Toure, Raphaëlle Laplace et Nelson Azonsop, élèves de 2e année de BTS Science et technologie des aliments au Lycée agricole d’Yvetot.

La volonté de ces élèves a été informer en priorité leur génération sur les sujets d’avenir de l’agriculture : agriculture biologique, agro-écologie, méthanisation… "C’est un documentaire à destination des jeunes. C’est difficile de parler du bio au lycée, alors on a voulu sensibiliser les élèves à ces pratiques", nous avait déclaré Nelson au Festival des Initiatives Lycéennes.

Les trois étudiants ont souhaité rencontrer des agriculteurs normands avec l'aide des Défis Ruraux et aller au Sénégal poursuivre l’enquête en rencontrant les autorités agricoles et les étudiants du pays. Le volet africain n’ayant pas pu être réalisé, seul demeure la partie interviews des agriculteurs français.

 

"Nous sommes des aprenants, on voulait découvrir et passer le message aux autres élèves"

 

Témoignage sur l’agriculture biologique

Parmi ces agriculteurs, Jean-Jacques Souday a assisté à la projection du documentaire le 18 mai au lycée agricole. Une présence pour voir le résultat et aussi insister sur les conséquences de sa conversion en agriculture biologique. Une transition qu’il exprime par une prise de conscience : "On a plus facile de changer de système quand tout le monde est en crise. On sait que ça ne vas pas être pire. Je m’en serai voulu de ne pas changer. Arrivé à la cinquantaine, on veut un peu changer d’orientation. J’en avais assez des pratiques qu’on approuve pas et qu’on fait quand même. Il faut se poser les bonnes questions. On n’a qu’une vie, et il faut y aller."

L’enjeu est désormais pour lui de produire de l’herbe et maïs sans mettre d’engrais et produits de traitements. "C’est technique, et il faut utiliser des moyens de désherbages mécaniques : la houe rotative, la herse étrille ou la bineuse. On a un peu moins de rendements en maïs. Mais en herbe, on a quand même de bons rendements."

Reste que le changement de mode de production est difficile à enclencher. Jean-Jacques Souday évoque en premier lieu la solitude pour évoquer la notion de changement : "On a des conseillers, mais on n’a pas trop de voisins qui font ça. Alors on se déplace, j’ai fait des sorties avec le Groupement Régional en Agriculture Biologique."

Ensuite, l’agriculteur détaille les changements de pratiques : "Je produisais déjà beaucoup d’herbe, mais il faut chercher à sortir les bêtes le plus tôt possible. En production laitière, ce n’est pas le plus difficile. Après, il faut arriver à passer l’hiver. Il ne faut pas faire que du maïs, et augmenter la production de protéagineuses et légumineuses. Mais ça demande des surfaces, et aussi de l’énergie. Il faut en fait trouver un équilibre entre les différentes surfaces."

 

Jean-Jacques Souday répond aux questions des élèves présents à la projection du documentaire.

 

 

Des jeunes pour se lancer ?

Parmi le public de la projection du documentaire figurait des élèves de Terminale. "Est ce que vous avez envie de vous lancer en agriculture biologique ?" a tenté un professeur pour avoir leur ressenti.

En guise de première réponse, un questionnement qui illustre l’intérêt des élèves pour le sujet : "Comment passe t’on en bio ?". Permettant à Jean-Jacques Souday d’apporter des précisions sur la nécessité d’un organisme de certification et du respect du code de l’agriculture bio.

"Il y a toujours des trucs à changer de ce que font nos parents", a t’on pu entendre ce soir là. Pas facile pour autant de changer quand le jeune s’installe avec ses parents. Etre avec ses parents et oser dire ce qu’il ne faut pas faire, c’est délicat. Un professeur a notamment cité l’exemple d’un passage en bio enclenché au départ à la retraite des parents. Tout le monde s’est accordé au final sur la nécessité de bâtir avant tout un projet. Les stages à l’étrangers ont été cités pour l’ouverture qu’ils apportent. Au retour, des questions se posent. Sur le type d’agriculture à pratiquer et sur son souhait de mode de vie.

Un débat qui a fait aussi émerger la difficulté de l’afflux de producteurs en agriculture bio suite à la crise laitière de 2015. Qu’est ce qui peut se passer si tout le monde y vient ? Ce n’est donc pas si simple de changer l’agriculture…

 

"Notre but était d’encourager les étudiants et les agriculteurs à produire en respectant l’environnement et la santé du consommateur"

 

 

Le documentaire "Semer pour la vie" a pour vocation à être diffusé et ainsi "voyager". Agri-Culture.fr vous propose de le découvrir :

 

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

Emplacement

France
46° 13' 39.4968" N, 2° 12' 49.4964" E
FR
01 Juin 2017 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Les rencontres Made in Viande en Normandie 2019 élevage viande boucherie
Les rencontres Made in Viande en Normandie
La filière élevage et viande ouvre ses portes au public du 22 au 29...
14 Mai 2019 | Benoit Delabre
Un week-end Vachement déPAYSANt affiche 2019
Un week-end Vachement déPAYSANt
Les 18 et 19 mai, 14 fermes normandes ouvrent leurs portes au public...
10 Avril 2019 | Benoit Delabre
Au printemps, soyez les Bienvenus à la Ferme
Au printemps, soyez les Bienvenus à la Ferme
Du 20 au 22 avril, 85 fermes normandes du réseau Bienvenue à la Ferme...
04 Avril 2019 | Benoit Delabre
Végétal en Fête : horticulteurs et pépiniéristes ouvrent leurs portes
Végétal en Fête : horticulteurs et pépiniéristes ouvrent leurs portes
Les 6 et 7 avril, 15 pépiniéristes et horticulteurs de Normandie...
01 Avril 2019 | Benoit Delabre
string(66) "Découvrez le documentaire "Semer pour la vie""
string(46) "Découvrez le documentaire "Semer pour la vie""