Crise Agricole. La violence comme solution ?


Saint-Lô, le 2 février. Photo : CocotteCouture
L'avis sur la situation de Charles Henri Lebrun, président des Jeunes Agriculteurs de Basse-Normandie à propos de la manifestation du 2 février à Saint-Lô.

 

Pas encore membre de la communauté d'Agri-Culture.fr ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

      

 

Charles Henri Lebrun nous a fait part le 3 février d'un rectificatif, soulignant ne pas avoir été informé au moment de notre interview (16h30) du détail des événements de l'après-midi du 2/02 à Saint-Lô :

"Précisions aux personnes qui lisent les articles parus aujourd'hui 02/02 faisant part de citations en mon nom. Oui je cautionne l'action JA/FD 50 car l'Etat a sa part de responsabilité dans la crise actuelle. Mais les
dégradations et l'affrontement avec les forces de l'ordre qui s'en sont suivis, NON. Je comprends bien que les temps sont durs et que cela a trop duré mais cette violence ne sert à rien à part se faire mal voir de nos concitoyens. Je demande donc à tous d'être responsable et ne pas céder à la pression destructrice du désespoir qui ne peut que nous desservir."

 

Charles Henri Lebrun, président des Jeunes Agriculteurs de Basse-Normandie, assume pleinement l'organisation de la manifestation du 2 février à Saint-Lô avec la FDSEA 50 et de "l'animation" causée dans la ville. "Cette manifestation, les gars l'ont voulue. Et nous on était totalement pour".

Entamée par un défilé classique, la manifestation s'est rapidement transformée confrontation avec les forces de l'ordre. Déversement de pneus et coups de boutoir d'un tracteur ont ainsi eu raison de l'intégrité de la grille d'entrée de la Préfecture.

Les manifestants ont alors été repoussés par les CRS dans les rues de Saint-Lô à coup de gaz lacrymogènes. Après le déversement de nombre de remorques de déchets dans les rues, les manifestants se sont rendus à la DDTM, pour une projection de lisier sur la façade. Avant de faire une halte au retour devant le commissariat de police.

 

La Préfecture, symbole de l'Etat

Selon Charles Henri Lebrun, la Préfecture a été choisie comme cible pour exprimer que "l'Etat à sa part de responsabilité dans la situation actuelle". Celui-ci s'en prend précisément au plan d'aide d'urgence initié l'été dernier : "Les délais sont trop longs. Les premiers paiements arrivent seulement, ce n'est plus un plan d'urgence ! Il faut que ça aille plus vite."

Mais le syndicaliste ne se contente pas de s'attaquer au représentant de l'Etat en département. La rencontre de ce matin entre François Hollande et les présidents de la FNSEA et des JA a suscité une nouvelle attente.

Xavier Beulin a révélé à la sortie de l'entretien que le président a "pris l'engagement de s'exprimer d'ici le Salon de l'agriculture". Or pour Charles Henri Lebrun, pas question d'attendre le 27 février pour entendre de nouvelles déclarations du chef de l'Etat : "On ne pourra pas tenir les gars jusque là".

Qualifiant les dernières manifestations "d'actions très démonstratives, mais calmes" il souligne que ça ne va pas durer. Il réclame de fait des annonces avant cette échéance pour endiguer une violence annoncée.

 

La responsabilité des politiques

Et côté parlementaires, Charles Henri Lebrun distribue des bons et des mauvais points. La rencontre de vendredi à Caen initiée par la FRSEA a fait émerger des positions politiques tranchées à propos de la proposition de loi sur la compétitivité de l'agriculture initiée par des sénateurs.

La Droite est pour, la Gauche non. Devant être étudiée jeudi à l'Assemblée Nationale, cette proposition donc risque le rejet pur et simple.

 

Moins de charges sociales

Le président des Jeunes Agriculteurs de Basse-Normandie reprend au mot près l'argumentaire de la FNSEA sur la baisse des charges. Sujet du jour il est vrai.

A la sortie de son entretien avec François Hollande ce matin, Xavier Beulin a répété sa demande d'une baisse de 10 % des charges sociales pour l’ensemble des agriculteurs. Le président de la FNSEA également déclaré avoir demandé à François Hollande de "reprendre l’initiative au niveau européen". Le président de la République a justement sur son agenda une rencontre avec Angela Merkel dimanche prochain.

 

Réplique de Stéphane Le Foll

Après un échange vif à l'Assemblée Nationale avec une députée de l'opposition à l'occasion de la séance de questions au Gouvernement, Stéphane Le Foll a précisé son point de vue à La Chaîne Parlementaire sur la demande de baisse des charges formulée par la FNSEA.

"On ne peut faire des opérations de baisses de charges que si elles concernent l'ensemble d'un grand secteur. Ce sont les règles de concurrence européennes."

Précisant "On a une crise qui est européenne", il en a profité pour exprimer ses actions à venir : "Je déposerai un mémorandum de la France au Conseil Européen du 15 février pour faire des propositions sur la question de la régulation."

 

 

 

Enfin au sujet de l'embargo Russe, Stéphane Le Foll a indiqué faire la demande à la Commission Européenne de rouvrir le marché.

Une déclaration en forme de réponse donc aux attente formulées par Xavier Beulin, président la FNSEA et Thomas Diemer, président des Jeunes Agriculteurs à la sortie de leur entretien avec François Hollande.
 

 

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant ! Et suivez chaque semaine nos infos grâce à la newsletter.

 

Merci de cliquer sur j’aime Agri-Culture pour suivre nos actualités et/ou de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés .

Et pour la diffusion de vos ventes, quelles soient personnelles ou commerciales, vous avez la possibilité de passer des petites annonces sur Agri-Culture, média rural.

La suite de cet article est réservée aux membres de la communauté.


Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !



02 Février 2016 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.

Prolonger la lecture

Salon de l'Agriculture : 700 000 visiteurs, et moi, et moi, et moi...
Salon de l'Agriculture : 700 000 visiteurs, et moi, et moi, et moi...
La 56ème édition du Salon international de l’Agriculture se tiendra...
19 Février 2019 | Benoit Delabre
Manche : les JA parlent de leur métier d'éleveurs
Manche : les Jeunes agriculteurs veulent parler positivement de leur métier
Autour d'un barbecue, les Jeunes agriculteurs se rendent à la...
14 Février 2019 | Benoit Delabre
Glyphosate : une liste de solutions alternatives proposée aux agriculteurs
Glyphosate : une liste de solutions alternatives proposée aux agriculteurs
Le Centre de ressources glyphosate, destiné à lister les solutions...
13 Février 2019 | Benoit Delabre
elections chambre agriculture FNSEA
La FNSEA et les JA restent aux commandes de la Ferme France
Les résultats des élections aux chambres d'Agriculture ont été...
12 Février 2019 | Benoit Delabre
string(44) "Crise Agricole. La violence comme solution ?"
string(44) "Crise Agricole. La violence comme solution ?"