Phil Hogan a t’il entendu les JA et la FNSEA de Normandie ?


Les Jeunes Agriculteurs marchent à l'envers à Rouen boulevard de l'Europe
« Ecoute, Phil Hogan ! » était le mot d’ordre des deux syndicats en ce 25 février. Reportage à Caen et à Rouen.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

     
         

 

La FRSEA Normandie et les Jeunes Agriculteurs de la Région Normandie ont souhaité exprimer un maximum de revendications en ce 25 février,  jour de la venue du Commissaire européen à l’agriculture à Paris  :

"Sensibiliser les pouvoirs publics et de demander de vraies mesures de marché capables de redresser les prix des produits agricoles. Ouvrir des négociations séparées avec la Russie pour limiter l’embargo sanitaire à la partie orientale de l’Europe, apposer l’origine des viandes sur tous les produits carnés, y compris les produits transformés, mettre fin à la surenchère administrative symbolisée par la déclaration des surfaces non-agricoles et revoir le plan Eco-phyto II".

 

 

Manifestation à Rouen

 

La manifestation était annoncée à Rouen sous forme d'une marche blanche, avec une pression accrue des autorités pour que le défilé de tracteurs se déroule sans bennes de déchets.

Arnold Puech d'Alissac, président de la FNSEA 76, a débuté sa prise de parole par une interprétation personnelle de la symbolique du blanc : "J'ai pris une blouse blanche à l'abattoir. Je me suis dit que c'est ce qu'il y avait de mieux, comme en ce moment on critique beaucoup les abattoirs avec des images volées. Il n'y a aucun employé qui va jeter un mouton contre un mur de façon régulière et répétée, c'est impossible. C'est évident que ce sont des images truquées qui ont été diffusées. C'est la censure, dès qu'on commence à dire la vérité, on nous coupe."

La vidéo de l'association L214, sur l'abattoir du Vigan

Puis, évoquant la visite de l'irlandais Phil Hogan à Paris, Arnold Puech d'Alissac a indiqué que "l'Irlande dépasse son quota laitier historique de 20 %, tout comme la Hollande, et aussi la Belgique à hauteur de 10 %. Ce sont ces pays qui embourbent le marché. Et la Commission Européenne laisse faire".

Il a dénoncé ensuite l'embargo Russe : "Il n'y a aucun marchand de voiture, d'avion ou de services qui ne peut pas exporter en Russie. Seuls sont concernées les productions agricoles de l'Union Européenne".

Aux dires de manifestants, les SMS ont fusé la veille au soir pour lancer des invitations au delà des agriculteurs seino-marins. On a ainsi pu noter la présence dans cette manifestation de représentants d'entreprises de l'aval.

Ainsi que de la députée Françoise Guégot et de Pascal Martin, président du Département. Lequel a effectué une prise de parole pour expliciter sa présence : "Nous connaissons vos difficultés et essayons d'être réactifs. Nous avons prévu un programme avec la Chambre d'Agriculture pour essayer de répondre à vos attentes au niveau du Département. La collectivité est là, humblement et modestement à vos côtés pour vous soutenir".

 

Pascal Martin, président du Département de Seine-Maritime.

 

 

Le défilé sur l'Avenue du Mont Riboudet.

 

 

Le défilé s'est élancé ensuite du Pont Flaubert, pour se diriger vers la Direction Départementale des Territoires et de la Mer. Des manifestants venus au nombre de 300, visiblement déçus de ne pas être plus nombreux : "ceux qui sont au fond du trou ne sont pas là. On ne les entend plus depuis plusieurs mois".

L'entrevue planifiée avec son directeur Olivier Morzelle au sujet des Surfaces Non Agricoles a suscité à la sortie une réaction d'Arnold Puech d'Alissac : "Le nombre de Surfaces Non Agricoles a certes baissé de 80%. Néanmoins on a appris que vont sortir bientôt les Surfaces d'Intérêt Ecologiques". Celui-ci a alors accusé "d'incompétence totale l'Etat français et précisément les équipes du Ministère de l'Agriculture qui lancent sur le terrain des documents qui ne sont pas prêts, qui effraient et découragent les agriculteurs."

Très remonté contre les politiques toutes tendances confondues, il a fait une allusion à Hervé Morin, président de la Région Normandie : "La jacquerie, les fourches et les faux dans les campagnes, ça ne doit pas être qu'un slogan de certains hommes politiques qui ont besoin de se faire élire."

 

Arnold Puech d'Alissac rendant compte de son rendez-vous avec Olivier Morzelle, Directeur Départemental des Territoires et de la Mer

 

Plainte pour "non assistance à agriculteur en danger"

Avant de lire la plainte qu'il a dit souhaiter déposer dans la foulée au commissariat de Rouen. Un dépôt de plainte pour "non assistance à agriculteur en danger" contre le président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker, le Commissaire européen Phil Hogan, le ministre Stéphane Le Foll. Ainsi que les députés seino-marins Françoise Guégot, Christophe Bouillon, Dominique Chauvel, Luce Pane, Edouard Philippe, Marie Le Vern, Estelle Grelier, Valérie Fourneyron et Catherine Troallic, Guillaume Bachelet qui n'ont pas assisté à la session de l'Assemblée Nationale au cours de laquelle devrait être débattu le projet de loi sur la compétitivité de l'agriculture proposé par le groupe du parti Les Républicains du Sénat.

 

Visite des cuisines du Département

Les Jeunes Agriculteurs de Seine-Maritime ont profité du rendez-vous à la DDTM pour aller visiter les cuisines de la restauration collective du Département. Ils ont fait le constat "classique" de manque de précision sur l'origine des produits. Et ont fait quelques trouvailles : émincé de poulet avec origine Union Européenne 15 ou Brésil, cuisses de poulet irlandaises et de la purée venant de Belgique.

Reconnaissant des améliorations depuis leur dernière visite datant de l'été 2015, Stéphane Donckele, secrétaire général de la FNSEA 76 a énuméré : "Les pommes de terre sont de Seine-Maritime. Mais on a constaté du jambon étranger, des champignons de Pologne, des concombres d'Espagne, des pommes belges. On a une gestion de cette cantine à l''image de la gestion administrative par les fonctionnaires de notre pays."

 

Les manifestants devant la Direction Départementale des Territoires et de la Mer à Rouen.

 

 

Marche sur le Boulevard de l'Europe

Les Jeunes Agriculteurs de Seine-Maritime ont souhaité se rendre ensuite sur le boulevard de l'Europe afin d'en assurer symboliquement la condamnation. Guillaume Burel, président des JA 76 précisant : "Par cette condamnation, on veut montrer que l'Europe condamne certaines exploitations et l'avenir des jeunes agriculteurs". Souhaitant exprimer l'idée que l'Europe fait marcher les agriculteurs à l'envers, les manifestants ont de fait marché à l'envers sur quelques dizaines de mètres.

 

Les tracteurs ont défilé aussi en marche arrière sur le boulevard de l'Europe

 

 

 

Manifestation à Caen

 

Petit comité à Caen, où une quinzaine de tracteurs et 150 personnes se sont réunis à compter de midi aux abords de la Prairie. Sur les casquettes, les blousons, on arbore son appartenance à la FDSEA de son département. Manche, Orne et Calvados sont représentés.

Pendant que les représentants syndicaux répondent à la presse venue nombreuse, les manifestants partagent une saucisse et quelques frites, sous l’œil des forces de l’ordre, venues pour encadrer la manifestation.

 

Le cours du Général Koening à Caen le 25 février.

 

 

Si l’atmosphère semble calme et sereine, les visages sont en revanche globalement fermés et l’air grave. Les éléments de langage sont ressassés mais le cœur n’y est pas toujours. Il n’y a pas grand monde ? "Il fait beau, les travaux en plaine vont commencer… ", "on a beaucoup sollicité nos troupes ces derniers temps". Phil Hogan va changer de politique ? "Nous l’espérons tous, même si on sait que c’est un libéral pur et dur… "

 

Une quinzaine de tracteurs et 150 personnes sur le cours du Général Koening à Caen le 25 février.

 

 

Philippe Lepainteur, président de la FDSEA du Calvados. "Il a tendance à avoir une position libérale et complètement sourde aux demandes du terrain. Mais je pense qu’on a réussi à se faire comprendre du ministre de l’Agriculture et du premier ministre. Ils vont aujourd’hui relayer nos demandes."

 

Philippe Lepainteur, président de la FDSEA du Calvados, face aux médias.

 

Bref, la manifestation du jour, est surtout présentée comme un soutien aux négociateurs français face à l’Europe. Mais pas seulement… De vieilles revendications reviennent aussi sur le dessus de la pile.

En tête de file : les normes imposées aux agriculteurs et la lourdeur administrative. A la préfecture, une délégation de manifestants a aussi porté ses revendications en matière de lourdeur administrative. En ligne de mire principalement : les Surfaces Non Agricoles.

Philippe Lepainteur : "On a reçu cela dans nos exploitations avec un nombre d’erreurs hallucinant ! Il faut reporter ou annuler ce système-là cette année. D’autant que si on le fait cette année, il faudra probablement le refaire l’année prochaine ! "

Autre fer au feu : la négociation des prix avec la grande distribution. Et là la profession agricole souffle le chaud et le froid. Après avoir multiplié les déposes de bennes de fumier (et autres amabilités) nocturnes, les syndicats jouent aussi la carte de la pédagogie et de la négociation douce.

Philippe Lepainteur : "On fait signer aux distributeurs une charte de reconnaissance de valeur, dont on souhaite qu’elle aboutisse à une amélioration du prix. » Mais il faut que l’Etat joue son rôle de médiateur et d’arbitre. Sinon les bonnes intentions tomberont vite. Et ce que l’on  cherche c’est à mettre en place quelque chose de durable sur le long terme."

25 Février 2016 | Benoît Thiollent

Commentaires

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Plérin : marché morose à l'échelle européenne
Plérin : marché morose à l'échelle européenne
Les cotations relevées sur le Marché du porc breton de Plérin (22)...
18 Janvier 2018 | Benoit Delabre
Silos à grains sur le port de Rouen - exportation de céréales
Les cotations des céréales rendu port
Les cotations des céréales (blé, orge et maïs), rendu port au 16...
17 Janvier 2018 | Benoit Delabre
Les syndicats agricoles partent en croisade contre les promotions
Les syndicats agricoles partent en croisade contre les promotions
En pleine négociations commerciales et préparation d'une loi tirée...
16 Janvier 2018 | Benoit Delabre
Rouen : les exportations de céréales reculent de 18 % en 2017
Rouen : les exportations de céréales reculent de 18 % en 2017
Plombées par la récolte catastrophique de 2016, les exportations...
11 Janvier 2018 | Benoit Delabre