Communication : la FNSEA joue la carte de la pédagogie


© B.Delabre
Le syndicat agricole majoritaire ouvre les portes de ses exploitations aux scolaires. Cette opération nationale a été lancée le 29 mai dans l'Eure.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

      

 

Opération communication ! Avec les beaux jours et avant les congés, la fin de l’année scolaire s’avère une période idéale pour la profession agricole pour communiquer.

Alors que les filières de la viande lancent leur opération Made in Viande, la coopération agricole sa Semaine de la Coopération Agricole, la FNSEA, elle, s’attache à parler aux plus jeunes. A travers un évènement vieux de 28 ans : les Fermes Ouvertes.

Les fermes ouvertes, c’est une opération nationale qui est orientée vers un public scolaire et dont le lancement officiel a été donné le 29 mai à Saint-Vincent du Boulay dans l’Eure.

« C’est une opération que certains peuvent juger un peu désuète ou poussiéreuse, constate Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA. Mais à l’occasion des débats sur les Etats généraux de l’Alimentation ou actuellement des débats autour de la loi Agriculture et Alimentation, on a pu mesurer le degré de méconnaissance de notre métier. »

Alors la FNSEA poursuit le travail engagé il y a 28 ans auprès des enfants avec un objectif exprimé par Christiane Lambert : « communiquer avec transparence en expliquant simplement les choses à ces enfants et à leurs instituteurs. »

« L’idée c’est de rentrer dans le parcours pédagogique, explique Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA, en charge de la communication. A l’origine on sollicitait des classes de CE1, CE2, CM1 et CM2. Avec l’évolution de l’éducation nationale on se tourne aujourd’hui vers les CM1, CM2 et 6ème. »

 

Christiane Lambert lors du lancement des fermes ouvertes le 29 mai dans l'Eure. (© B.Delabre)

 

« Nous n’avions pas préparé cette visite en amont avec les institutrices », explique Stéphanie Bourdon, agricultrice à St-Vincent-du-Boulay, et membre du bureau de la FNSEA de l’Eure, qui recevait ce 29 juin 4 classes de primaire.

Mais elle se dit tout à fait prête à aller plus loin avec ces enfants. « La transmission aux enfants, c’est quelque chose de très important. Nous agriculteurs, sommes pointés du doigt au quotidien. Nous devons répondre aux interrogations que les gens peuvent avoir en toute transparence. »

Alors Stéphanie a ouvert son exploitation « dans son jus » comme elle dit. Une exploitation laitière moderne, robotisée, où les vaches sortent peu de l’étable. Une exploitation qui a lourdement investi pour gérer les effluents d’élevage (lisier et fumier) et leurs odeurs.

Une exploitation enfin, dont le modèle ne satisfait peut-être pas tout le monde, mais qui est aux normes, et qui fait vivre bon an mal an, la famille de Stéphanie.

« On veut démontrer que l’agriculture française est une agriculture performante, au top sur le plan sanitaire, insiste la jeune femme qui avoue aussi avoir plus de facilité à échanger avec les enfants qu'avec les adultes. Il ne faut pas généraliser tout ce que l’on voit à la télé. L’agriculture a évolué et dans le bon sens. »

 

fermes ouvertes stephanie bourdon fnsea 27 enfants communication agricole

Stéphanie Bourdon n'a pas que discuté avec les enfants... Elle a aussi été très sollicitée par la presse. (© B.Delabre)

 

Un message qui peine à passer à l’heure où les débats de société insistent particulièrement sur les questions de bien être animal d’une part, et pointent du doigt les utilisations de produits pesticides d’autre part.

Les récents débats autour de la loi Agriculture et Alimentation l’ont démontré. Ces sujets restent ultra présents dans la sphère médiatique.

Christiane Lambert : « On sent bien qu’au moment où la loi est votée, certains voudraient inscrire dans le marbre des interdictions. Nous refusons que la loi ne fasse qu’interdictions sur interdictions. Je crois qu’il faut garder la même qualité de relation et la confiance qui s’est établie lors des débats des Etats généraux de l’Alimentation, dans le dialogue. »

Dans cette optique, la FNSEA a décidé de proposer un contrat de solutions pour la protection des plantes. « Ce  contrat nous avons proposé de le signer avec 4 ministères : l’agriculture, l’écologie, la recherche et la santé. Ils ont tous accepté., appuie Christiane Lambert. Nous signerons fin juin. Alors d’ici là que les députés ne jouent pas les Pères Fouettards permanents en interdisant à tout va. »

Une intention sans doute louable mais qui ne convaincra probablement pas les plus virulents opposants aux néocotinoïdes et autres glyphosates, qui attendent des interdictions rapides et définitives, et remettent souvent en cause en la parole de la FNSEA.

Christiane Lambert : « Nous atteindrons les objectifs que l'on nous fixe. Mais on a besoin de temps et de consolider les revenus des agriculteurs. Il faut tenir cette promesse d’un meilleur prix pour les producteurs jusqu’au bout. C’était la promesse initiale du candidat Macron. Il ne faut pas qu’elle passe aux oubliettes. »

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

31 Mai 2018 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Plérin marché du porc breton porcelets
Marché du porc breton : les cours repassent au dessus des 1,20 €
Les cotations relevées sur le Marché du porc breton de Plérin (22)...
19 Juin 2018 | Benoit Delabre
Huile de Palme : des agriculteurs denoncent le double discours de la FNSEA
Le blocage des raffineries par la FNSEA et Jeunes agriculteurs fait...
11 Juin 2018 | Benoit Delabre
Les agriculteurs normands annoncent le blocage d'une raffinerie
Les agriculteurs normands annoncent le blocage d'une raffinerie
Le 10 juin, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs entameront le blocage...
07 Juin 2018 | Benoit Delabre
Le retour des Marchés des Producteurs de Pays de l’Estuaire
15 marchés de producteurs du mai à septembre dans 12 communes des...
07 Juin 2018 | Benoît Thiollent