La Confédération Paysanne reçue à la DRAAF Normandie


Une délégation de la confédération paysannée a été reçue le 15 février pour évoquer les zones défavorisées, les OP de bassin et les versements des MAEC 2015.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             

 

Faute de grives, on mangera des merles. Dans l’attente de la nomination d’un nouveau directeur à la DRAAF de Normandie, une délégation de la Confédération Paysanne a été reçue le 15 février par Laurent Jeunet, directeur adjoint, et Jean-Luc Pajaud, chef du service agriculture.

A leur sortie, les syndicalistes oscillent entre satisfaction d’avoir pu transmettre des messages à l’administration et un grand questionnement sur les suites données à leur démarche.

Ils étaient pourtant porteurs de questionnements et revendications allant au delà de leur base syndicale.

 

L’injustice des zones défavorisées

La Confédération Paysanne est intervenu en fin d’année 2016 au niveau national auprès du Ministre de l’Agriculture pour dénoncer les injustices générées par le nouveau calcul de l’Indemnité Compensatoire de Handicap Naturel. Le message est désormais porté dans les régions auprès des DRAAF.

"Aujourd’hui l’Europe a demandé à la France de revoir ses zonages, avec des calculs nationaux. Des zones entrent, et des zones sortent. Ici, les marais du Cotentin entrent. Et la Suisse Normande (Orne et Calvados) et la région de Carrouges sortent." nous déclare Laurent Leray, porte parole de la Confédération Paysanne Normandie.

"Mais en plus on constate l’entrée de la plaine de Caen, zone céréalière, de Falaise jusqu’à la mer grâce à des critères géophysiques. Ça fait une grosse aberration sur le terrain. Cette zone n’est ni défavorisée, ni zone d’élevage."

La Confédération Paysanne a d’ailleurs observé un effet dominos : un éleveur qui perd l’ICHN, perd la revalorisation de l’ICHN pour compenser la perte de la Prime Herbagère Agro-Environnementale (PHAE). "ça fait au final une grosse perte pour les éleveurs allaitants ou en lait avec des chargements faibles. Ça peut aller jusqu’à 6000/7000 euros pour un éleveur allaitant.", précise Laurent Leray.

 

Lait : pour des OP de bassin transversales

La Confédération Paysanne milite pour la création d’Organisations de Producteurs transversale à l’échelle du bassin laitier normand.

Cette volonté abouti en 2016 à une action commune originale avec la Coordination Rurale et les JA dans la Manche et le Calvados pour demander aux parlemementaires et à la DRAFF d’inciter à la création d’OP de bassin. On vous avait relaté en août l’envoi d’un courrier aux parlementaires de la Manche. Depuis, les co-signataires se sont tournés vers la Préfète de Normandie et la DRAAF.

 

 

Mais aujourd’hui, le soufflet est retombé : "On voit bien que ça patine. On répète à la DRAAF que c’est à eux de le faire, mais on a jamais eu et de réponse. Ils ont peur que les industriels face la politique de la chaise vide dans les OP de bassin. C’est le seul endroit où les pouvoirs publics pourraient être présents. On est vraiment dans la libéralisation."

Une situation du lait qui n’encourage pas les syndicalistes à l’optimisme : "La défense collective est en train de morceler. On est déjà avec deux années de crise. Les producteurs sont en train de se refermer, ils n’ont plus de solutions de recours."

 

Versement des MAEC 2015

Dernier point et non des moindres abordé à la DRAFF en ce 15 février, le dossier brûlant des retards de paiements des aides. La conversion en bio et au titre des mesures agrienvironnementales souffrent d’un retard qui s’allonge.

Et l’aide de l’Etat avec les apports de trésorerie remboursables (ATR) ne vient pas combler le manque financier.

"On reste sur notre faim, on a pas eu grande réponse", nous confient les syndicalistes à la sortie de leur entretien. Le problème est connu, les logiciels de l’Agence des Paiements sont en cause.  "Le problème de trésorerie est général à tous les agriculteurs concernés . Et c’est un problème supplémentaire pour ceux qui sont en grandes difficultés financières."

Car les banques refusent de débloquer des prêts à court terme, faute d’avoir une indication de date de règlement par l’administration et surtout d’en savoir sur la finalisation de certaines MAE, car tout le monde n’y aura pas droit.

 

 

 

 

16 Février 2017 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Le Haras du Pin accueille le concours national de l'Âne normand
Le Haras du Pin accueille le concours national de l'Ane normand
Le 7 octobre, le plus petit des ânes de France sera à l'honneur dans...
25 Septembre 2018 | Benoit Delabre
Fermes en débat en Normandie
Fermes en debat : echanges sur le developpement durable en Normandie
Du 4 au 19 octobre, les Défis ruraux proposent 4 soirées de...
25 Septembre 2018 | Benoit Delabre
Manger bio et local, c’est l’idéal ! 2018 Normandie
En Normandie : les produits bios et locaux font leur show
Du 22 au 30 septembre, l'opération Bio et Local c'est l'idéal animera...
20 Septembre 2018 | Benoit Delabre
Silos à grains sur le port de Rouen - exportation de céréales
Les cotations des céréales rendu port
Les cotations des céréales (blé, orge et maïs), rendu port au 20...
20 Septembre 2018 | Benoit Delabre