La nuit de l’Agroécologie, pourquoi faire ?


De nouvelles formes d’agricultures étaient présentées le 22 juin à travers des rencontres entre des agriculteurs et des citoyens. Telle la soirée organisée par l’Institut de l’Agriculture Durable à Goderville (76).

 

Pas encore membre de la communauté d'Agri-Culture.fr ? C'est gratuit !

 

      

 

La ferme de Longueil, près de Goderville avait un air de fête de la musique en ce 22 juin. Avec un groupe de musiciens pour des reprises variées, comme pour satisfaire à coup sûr les goûts des publics différents venus au rendez-vous initié par le Ministère de l’agriculture.

Présenter les nouvelles formes d’agriculture, telle était l’ambition de la soirée. Et quand on parle d’agroécologie, plusieurs tendances se complètent.

Entre une volonté gouvernementale régulièrement exprimée par Stéphane Le Foll depuis son arrivée au Ministère de l’Agriculture et les pratiques expérimentales d’associations en régions, on peut observer des différences. Des différences de vocabulaire et de méthode.

On peut ainsi observer le réseau des Chambres d’Agricultures présenter l’agroécologie à travers une évolution technologique de l’agriculture. Cette évolution étant présentée comme une suite logique de l’agriculture intensive conventionnelle : place désormais à l’agriculture écologiquement intensive.
 

 

 

 

Pour autant, sur le terrain, on peut entendre des discours plus composés de description d’expérimentations avant cette phase de communication. Et quand certains parlent d’agriculture écologiquement responsable, d’autres évoquent une agriculture durable…

Car l’agroécologie est actuellement un concept. L’avenir dira dans quelles proportions les agriculteurs la définiront finement et s’en empareront. Nous vous avons ainsi récemment relaté la journée d'échange d'expériences organisée par le GIEE Sol en Caux le 14 juin à Biville-la-Baignarde.

 

Agriculteurs et citoyens
 

A Goderville en ce 22 juin, il n’y avait pas que des agriculteurs sous le vaste hangar de la ferme d’Antoine Chedru. Des curieux de la chose agricole avaient en effet fait le déplacement. A leur côtés, des pointures de l’agriculture de conservation. Outre les 15 agriculteurs membres de l’association Sol en Caux, on pouvait écouter lors de cette soirée  Konrad Schreiber et Marcel Bouché :

Konrad Schreiber, répétant inlassablement à travers la France la nécessité de remettre le sol au centre du système : "La fertilité est liée à la matière organique fraîche. Au cours de sa digestion, celle-ci n’est pas lessivable, et ne se dégrade pas rapidement, sauf par le travail du sol. C’est pourquoi il est opportun de réduire ce dernier pour conserver la matière organique. "

Marcel Bouché, chercheur retraité du CNRS sur les lombriciens, auteur "Des vers de terre et des hommes" : " le travail du sol par les vers de terre permet de l’aérer, d’en améliorer la structure par le mélange intime des minéraux et de la matière organique, et de recycler des quantités considérables de carbone, d’azote, etc., pour féconder des sols ainsi naturellement dotés de fertilité."

 

 

Cette soirée était donc placée sous le signe de ces individus qui expérimentent individuellement, associent leurs pratiques, partagent leurs nouveaux savoirs… au point de prendre de l’avance sur des structures censées les accompagner. A la manière d’un speed dating, il était possible lors de cette soirée d’aller discuter successivement avec les agriculteurs de Sol en Caux.

 

Marc Bouquet

“C’est trop technique pour moi, je ne vais pas arriver à suivre”. La remarque vient d’une femme venue découvrir le concept de l’agroécologie. En face, Marc Bouquet, agriculteur à Saint Mards, adapte immédiatement son propos à son interlocutrice.
 
Pas simple, en effet, de présenter avec le vocabulaire professionnel la pratique de semis de colza sous couvert de luzerne. Qu’importe, place à l’image. Smartphone en main, l’agriculteur présente la méthode de couverture du sol. Et ça devient tout de suite plus clair…

 

"J'ai revendu ma charrue en 2012" , explique Marc Bouquet a son interlocutrice quelque peu intriguée. Avant d’ajouter : "Quand on est innovant, on prend peur. Et il faut gérer ses peurs."

 

 

Gaëtan Delacroix

De cette émulation de groupe au sein de Sol en Caux, Gaëtan Delacroix de la Ferme de Bonnetot à Tôtes, nous confie : "J’apprécie l’ambiance et les résultats du groupe. Il y avait un manque au niveau agricole. Ça vient des agriculteurs, il y a une liberté d’expression qui est extraordinaire. Dire ce qui marche, ce qui marche pas… un vrai bonheur !"

Il nous précise : "L’institut de l’Agriculture Durable vient en appui, comme récemment une assemblée délocalisée à Grainville la Teinturière. Ça nous a permis de savoir ce qui se fait en Picardie et les régions voisines".

 

Gaëtan Delacroix, au centre - Photo B. Thiollent

 

 

La délicate question du Roundup

Entendue à plusieurs reprises lors de la soirée, la question du glyphosate occupe indéniablement les esprits. Les citoyens présents peinent en effet à comprendre l’association du désherbant Roundup avec la notion d’écologie…

Les professionnels se sont fait volontiers professeurs pour expliquer la spectaculaire baisse de consommation de tels produits dans leurs pratiques. Diminution de la quantité d’eau de dilution et choix drastique du nombre de traitements. Telles sont les logiques de l’utilisation du glyphosate dans la pratique de l’agriculture de conservation. En attendant une hypothétique interdiction à l’avenir du produit...  Vincent Romain, agriculteur à Claville-Motteville, nous l’avait clairement exprimé au mois d’avril.

De l'avis de tous, ce produit devra être remplacé. Autant dire que d’autres nuits de l’agroécologie auront lieu avant sa disparition.

 

Olivier Tassel, président de Sol en Caux et Eric Schmidt, Directeur de l’Iinstitut de l'Agriculture Durable.

 

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

 

Emplacement

France
46° 13' 39.4968" N, 2° 12' 49.4964" E
FR
23 Juin 2016 | Benoît Thiollent

Commentaires

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

orges d'hiver au mois de mai en normandie
Orge d’hiver : quels impacts au coup de froide de fin avril ?
Des symptômes sont actuellement visibles sur les orges en Normandie....
22 Mai 2017 | Benoit Delabre
Musée de Vire Christian Malon Retour sur Terre Normandie
Retour sur Terre, Christian Malon, 50 ans de photographie
Jusqu'en novembre, le musée de Vire propose une exposition temporaire...
22 Mai 2017 | Benoit Delabre
Plérin : les prix reculent toujours avec les jours fériés
Les cotations relevées sur le Marché du porc breton de Plérin (22)...
18 Mai 2017 | Benoit Delabre
Leclerc et Super U ne respectent pas l’étiquetage de la viande bovine
A Alençon, les JA et la FDSEA de l’Orne rappellent leurs...
17 Mai 2017 | Benoît Thiollent