Interdiction du Glyphosate : à la fin c'est l'Allemagne qui décide


© Wikimedia - Volker Prasuhn
Aussi efficace que décrié, l'herbicide de Monsanto a vu son autorisation prolongée par l'Europe pour au moins 5 ans. Les réactions n'ont pas manqué.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

 

On le sait au football, à la fin, c'est toujours l'Allemagne qui gagne.

Mais sur la question du renouvellement de l'autorisation du glyphosate on n'attendait vraiment pas un tel coup de nos voisins d'outre-Rhin.

Le 27 novembre, alors que la situation semblait toujours aussi enlisée que ces dernières semaines, le ministre allemand de l'agriculture a surpris tout le monde en se prononçant en prenant position, alors qu'elle s'était jusqu'ici abstenue sur la question. Inititiative unilatérale du ministre de l'Agriculture allemand qui a avoué depuis avoir agi sans l'accord du Gouvernement ; la plupart des décisions politiques outre-Rhin étant suspendues dans l'attente de la constitution d'un Gouvernement de coalition.

Cette prise de position a conduit à débloquer le vote et a abouti à un renouvellement d'autorisation de l'herbicide de Monsanto pour une durée de 5 ans, au moins...

De quoi renvoyer la France dans ses 22 mètres, et faire avaler sa cravate à Nicolas Hulot. Le ministre de l'Ecologie, pourfendeur de ce qu'il appelait "une arme de destruction massive", avait en effet déjà réalisé une loudre concession en acceptant que la France défende un renouvellement d'autorisation pour 3 ans.

Face à ce qui ressemble à un camouflet diplomatique, la France a d'ores et déjà annoncé qu'elle pourrait revenir de son propre chef sur cette autorisation européenne. C'est Emmanuel Macron lui même qui l'a annoncé sur twitter.

 

 

 

Dans la foulée, Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture a assuré que la recherche et les instituts techniques seraient mobilisés.

 

 

Les réactions des syndicats agricoles

Après des semaines de tergiversations sur cette décision hautement symbolique, les syndicats agricoles n'ont pas manqué de réagir.

Même si elle demandait un renouvellement pour 10 ans, la FNSEA est globalement satisfaite de la décision européenne, qu'elle juge pragmatique, et plus proche "du temps scientifique que du temps politique".

Un point de vue partagé par la Coordination rurale qui a salué dès le 27 novembre "le signal de sagesse que Bruxelles a voulu transmettre." Elle se félicite elle aussi de la prise en considération des avis "des organismes techniques, scientifiques, en opposition à des associations empreintes de dogmatisme et de démagogie".

Dans cette même logique la FNSEA a aussi fustigé la position du Président de la République, qui quelques semaines après avoir annoncé que l'avenir de l'agriculture française passerait par l'Europe, se retranche aujourd'hui derrière une position nationaliste.

Pour la FNSEA, qui demande "plus d'Europe", un retrait franco-français du glyphosate engendrerait de nouvelles distorsions de concurrence insupportables.

 

 

Tantôt vouée aux gémonies, tantôt présentée comme la solution, l'Europe n'a donc pas fini de cliver les responsables agricoles français. Preuve s'il en fallait une que ce n'est pas la structure européenne qui est en débat, mais bien les politiques qu'elle mène.

 

Condamnation de la Confédération Paysanne

Ainsi, à l'opposé de la FNSEA et de la Coordination rurale, la Confédération paysanne s'en prend à celle qu'elle nomme ironiquement "L'Europe qui "protège" ".

"La Confédération paysanne condamne cette décision qui repousse encore la sortie de cet herbicide" et elle annonce vouloir défendre "des démarches unilatérales des États, à condition que celles-ci s'insèrent dans un réel projet de sortie des pesticides."

Pour autant le syndicat altermondialiste ne se satisfait pas non plus de l'annonce d'Emmanuel Macron. La Conf' assure ainsi que les alternatives techniques au glyphosates existent déjà, mais qu'elles ne sont pas "massivement utilisées" pour "des raisons économiques".

"Pour sortir des pesticides, il faut avant tout oser affronter la logique de compétition sur les prix à laquelle les paysan.ne.s doivent faire face pour obtenir un revenu." affirme la Confédération paysanne qui en appelle à utiliser les 5 milliards d'euros d'investissement pour la transition agricole promis par Emmanuel Macron.

La Coordination rurale, elle, insiste sur la nécessité d'utiliser ces 5 ans pour clarifier le classement toxicologique du glyphosate et éventuellement réviser ses conditions d'utilisation. "La balle est dans le camp de la recherche" assure-t'elle.

 

A lire aussi sur le même sujet

 

Le Glyphosate classé cancérogène probable par l'OMS

 

Le 20 mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer a classé cinq pesticides comme cancérogènes « probables » ou « possibles ». Parmi eux : le Roundup et son principe actif, le glyphosate.

Des syndicats régionaux de la FNSEA ont manifesté sur les Champs Elysées pour retarder l’interdiction du glyphosate annoncée pour 2018.

 

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

28 Novembre 2017 | Benoit Delabre

Commentaires

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Forum régional de l'installation agricole en Normandie
Forum régional de l'installation agricole en Normandie
Pour tout savoir du parcours à suivre pour s'installer en agriculture...
12 Décembre 2017 | Benoit Delabre
Plaidoyer pour des abattoirs de proximité
Plusieurs organisations et personnalités plaident pour le...
12 Décembre 2017 | Benoit Delabre
Plérin : le marché reste stable
Les cotations relevées sur le Marché du porc breton de Plérin (22)...
12 Décembre 2017 | Benoit Delabre
La nouvelle politique agricole 2017-2020 la Seine-Maritime 2017-2020
La nouvelle politique agricole 2017-2020 de la Seine-Maritime
Le Département a présenté sa politique agricole aux professionnels le...
07 Décembre 2017 | Benoît Thiollent