Agriculture et Territoire : la recette du parc des Boucles de la Seine


© B.Delabre
Marqué de divergences, les rapports entre le monde agricole et les parcs naturels régionaux ont su trouvé des terrains d'entente avec le temps...

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             

 

Concilier activité économique, protection de l’environnement et du patrimoine n’est pas toujours été aisé… C’est pourtant l’un des défis que se sont lancé les parcs naturels régionaux depuis leur création.

Celui des boucles de la Seine Normande a pu présenter sa stratégie en la matière les 23 et 24 janvier, à l’occasion de la visite de Mickaël Wéber, le président de la fédération nationale des parcs naturels régionaux.

« Depuis l’origine en 1967, l’un des éléments c’était la prise en compte des paysages, rappelle Mickaël Wéber. En cela on a toujours considéré qu’il fallait entretenir un lien fort avec le monde agricole. Il n’y a pas de parcs naturels régionaux sans agriculture. »

Pourtant l’histoire entre les parcs naturels régionaux et le monde agricole n’a rien du coup de foudre. Longtemps les intérêts des deux parties ont parus diverger. Mais avec le temps, et aussi avec l’évolution des attentes sociétales, des points de convergence sont apparus.

En matière de protection des surfaces agricoles par exemple. « Nous sommes des interlocuteurs incontournables sur la question de l’artificialisation des sols et de l’étalement urbain. Et de ce point de vue là, je pense que nous sommes les alliés objectifs du monde agricole », argumente Mickaël Wéber.

En témoigne à sa façon, la politique menée par le parc des Boucles de la Seine, qui a acquis des terres afin de s’assurer de leur devenir. Au total 150 ha, sur lesquels, le parc cherche systématiquement à maintenir une activité agricole.

« L’objectif à chaque fois c’est de le remettre à l’agriculture et de trouver un fermier intéressé avec un bail environnemental, explique Jean-Pierre Girod, le président du Parc des Boucles de la Seine Normande. On s’est mis d’accord avec les chambres d’Agriculture de Seine-Maritime et de l’Eure sur un bail environnemental minimal, qui peut être enrichi par négociation avec le fermier. »

 

© B.Delabre

 

Par ailleurs, les parcs cherchent à convaincre agriculteurs et propriétaires de l’intérêt qu’ils ont à s’intéresser à la protection du paysage et de la biodiversité : des intérêts d’aménagement du territoire (hydraulique notamment), et même économiques, pas toujours perceptibles de prime abord.

« Convaincre c’est encourager la plantation et l’entretien des haies à l’heure où le nombre de chaudière à bois ne cesse d’augmenter sur l’agglomération rouennaise », poursuit Jean-Pierre Girod. « C’est aussi de démontrer le rôle des réseaux de mares ou des prairies inondables dans la régulation hydraulique. »

Les évolutions des modes de consommation, et notamment la montée de la demande envers les produits en circuits courts et les aspirations écologiques a aussi amélioré les relations. Renforcée par l’attractivité touristique des parc naturels régionaux la marque « Parc » apposée sur certains produits selon un cahier des charges précis regagne ainsi en attractivité.

Créée au début des années 2000, cette marque a longtemps cherché son public. « Mais aujourd’hui, on constate un vrai engouement pour cette marque, partout en France, assure Mickaël Wéber. Ce que l’on testait il y a 10 ou 15 ans, aujourd’hui se vérifie. C’est une vraie demande : garantie de proximité, de qualité… Le marquage permet de se différencier et d’apporter de la fierté sur le territoire. »

Initialement pensée pour les produits issus de l'agriculture, la marque s'est peu à peu élargie à l'offre touristique (notamment d'hébergement) et plus récemment aux matériaux de construction.

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

24 Janvier 2019 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Salon de l'Agriculture : 700 000 visiteurs, et moi, et moi, et moi...
Salon de l'Agriculture : 700 000 visiteurs, et moi, et moi, et moi...
La 56ème édition du Salon international de l’Agriculture se tiendra...
19 Février 2019 | Benoit Delabre
Manche : les JA parlent de leur métier d'éleveurs
Manche : les Jeunes agriculteurs veulent parler positivement de leur métier
Autour d'un barbecue, les Jeunes agriculteurs se rendent à la...
14 Février 2019 | Benoit Delabre
Glyphosate : une liste de solutions alternatives proposée aux agriculteurs
Glyphosate : une liste de solutions alternatives proposée aux agriculteurs
Le Centre de ressources glyphosate, destiné à lister les solutions...
13 Février 2019 | Benoit Delabre
elections chambre agriculture FNSEA
La FNSEA et les JA restent aux commandes de la Ferme France
Les résultats des élections aux chambres d'Agriculture ont été...
12 Février 2019 | Benoit Delabre
string(70) "Agriculture et Territoire : la recette du parc des Boucles de la Seine"
string(70) "Agriculture et Territoire : la recette du parc des Boucles de la Seine"