Une camera, des hommes, un territoire : l'ecologie racontee autrement


© Beaubec Productions
L’association Beaubec Productions vient de livrer un nouveau documentaire : Demain l’abeille, la dette humaine. Rencontre avec l’auteur et le réalisateur : Marie Benoît et Jean-Yves Ferret.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             

Retour à la terre, militantisme anti-nucléaire, écologie, vie communautaire… Chez Beaubec Productions, on l’admet volontiers, on ressemble un peu à une caricature, mais on l’assume.

Nous sommes à Beaubec-la-Rosière, non loin de Forges-les-Eaux (76), chez Jean-Yves Ferret et Marie Benoît. C’est ici que l’association Beaubec Productions a son siège, et où se concoctent, au fil des mois, des films documentaires 100 % Pays de Bray.

La Bergère et l’Orchidée, Des Racines et des Haies… et tout récemment un nouvel opus avec Demain l’abeille, la dette Humaine.

Ces trois documentaires sont nés des images de Jean-Yves et de la plume de Marie… Et tous relèvent de la même démarche : la mise en question d’une problématique environnementale à travers le prisme d’acteurs du territoire : bergers, agriculteurs, élus… et désormais apiculteurs.

 

Photo, enseignement et militantisme écologiste

 

Jean-Yves Ferret est un écologiste de la première heure. Lecteur de Hara Kiri et de Charlie Hebdo, il  est installé à Beaubec -la-Rosière depuis 1976. Né à Forges-les-Eaux, il a suivi des études de photographie à Paris. Un milieu qui le rebute rapidement.

« Je n'avais pas envie de faire carrière à Paris en faisant de la photo de pub. Et en même temps, à cette époque, a eu lieu la prise de conscience écologiste, dans laquelle je me suis totalement reconnu. »

Alors Jean-Yves fait son retour à la terre et crée avec 2 amis une petite communauté à Beaubec. Marie Benoît, qui le rejoindra plus tard, raconte en souriant : « depuis Rouen, on avait l’impression que tous les chevelus du département passaient par Beaubec. La communauté faisait en tout cas parler d’elle, en bien ou en moins bien… »

 


© Beaubec Productions

 

 

Jean-Yves abandonne alors ses projets de carrière photographique en intégrant l’éducation nationale. D’abord comme Maître Auxiliaire (pion) puis comme professeur de technologie. Pourtant, il ne jette pas son appareil à la poubelle. Il propose quelques photos en agences, et développe des projets autour du film et de l’image avec ses élèves.

« J’ai commencé à réaliser des montages audio-visuels avec les élèves sur les activités agricoles de la région. Fabrication du beurre, du jus de pomme, du cidre… Et puis ensuite en tant que prof de techno, j’ai appris à faire de la vidéo, puis j’ai pu m’apercevoir des applications sur l’image que pouvait avoir l’informatique et le numérique. »

En parallèle de ces activités, Jean-Yves milite. Anti-nucléaire convaincu, il s’engage aussi en opposition à de nombreux projets qu’ils jugent délétères et inutiles. Au point de participer en 1988 à la fondation de l’Association rurale brayonne pour le respect de l'environnement : l’ARBRE, dont il sera le président de 1988 à 1998.

 

Une bergère, des orchidées… et une histoire

 

Le point de rencontre entre cette passion de l’image et la fibre écologiste se fait alors quand Jean-Yves entend parler d’un projet de film sur Jeanne Maimbourg, bergère itinérante.

Le projet est porté par l’Association Brayonne Dynamique (ABD) qui souhaite alerter les collectivités locales sur le départ en retraite de Jeanne, et le risque écologique encouru par certaines prairies calcaires richement pourvues en orchidées et entretenues par ses moutons.

 « Quand j’ai su qu’un film était en préparation sur Jeanne, mais n’avait pas été fini, j’ai repris le projet car en 1975, j’avais réalisé un reportage photo sur elle », raconte Jean-Yves Ferret.

 


© Beaubec Productions

 

Il reprend alors le travail entamé par l’association Archimède Film, réalise des plans de coupe et termine le montage, aidé par Marie Benoît qui scénarise le film.

Le film, produit par Beaubec Productions, sort en 2011. « On s’est monté en association pour que tout soit transparent vis-à-vis des aides et subventions », explique Marie, la présidente de l’association.

Ainsi l’argent gagné sur la vente et l’exploitation du film permet non seulement de couvrir les frais engagés, mais aussi d’apporter un retour à l’association commanditaire, l’ABD. Beaubec Productions conserve aussi un petit pécule qu’elle décide de réinvestir dans un nouveau projet.

 

Des Racines et des Haies  ou la croissance verte

 

L’idée de s’appuyer à nouveau sur des acteurs locaux s’impose comme une évidence, en mettant une problématique environnementale en lien direct avec un territoire mais aussi et surtout avec les activités humaines.

« Voilà pourquoi on a décidé de réaliser un film sur les haies à travers le prisme d’une association de défense qui s’était créée et on a raconté cette histoire de prise de conscience collective. » explique Marie Benoît qui s’est davantage investie dans ce deuxième film.

 


© Beaubec Productions

 

Bien que parfois très mal accueilli par une part de la profession agricole, le film est un succès. « Notre militantisme est largement mis de côté dans nos films, assure Jean-Yves. Et le plus souvent, ils sont source d’échanges et de débats constructifs plutôt que de conflits. »

Des Racines et des Haies est ainsi diffusé bien au-delà des frontières du pays de Bray, en Bretagne, en Alsace ou même bientôt au Pays de Galles. Le DVD sorti en 2015 est même réédité en 2017.

 

Les abeilles comme une évidence

 

Restait à passer de la haie aux insectes… rien de plus facile, surtout quand on sait que Jean-Yves Ferret est lui-même apiculteur depuis 35 ans.

C’est désormais chose faite puisque la dernière production de Beaubec Productions Demain l’abeille, la dette humaine sera diffusée ce jeudi 25 octobre au Parc des Expositions de Rouen, où se tient jusqu’au 28 octobre, le 1er congrès international d’apiculture et d’apithérapie.

 


© Beaubec Productions

 

Conduit en partenariat avec le Syndicat apicole de Haute-Normandie, ce film se veut plus abouti que les précédents. « D’une fois sur l’autre, on essaie de s’améliorer, dans l’esthétisme notamment » assurent de concert Jean-Yves et Marie.

Esthétisme des images bien sûr, avec l’apparition de prises de vue depuis un drône, mais aussi de la bande son et du récit… Et une fois encore ce sont les hommes d’abord qui racontent leur territoire et sa problématique environnementale…

 

 


Demain, l'Abeille - la dette humaine

 

Projections lors du 1er Congrès International d'Apiculture et d'Apithérapie

 

 

Vendredi 26, Samedi 27 et dimanche 28 octobre 2018 à 13 h 30 et 14 h 45.

 

Parc des Expositions de Rouen – Salle Victor Hugo
Pas de réservation : entrée libre, dans la limite des places disponibles

 

Vendredi 7 décembre à l'Omnia à Rouen

 

DVD disponible en commande auprès de Beaubec Productions


 

Emplacement

76440
France
FR
25 Octobre 2018 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

En Seine-Maritime, la Chambre d'Agriculture tend la main aux territoires
En Seine-Maritime, la Chambre d'Agriculture tend la main aux territoires
2019, point de départ d'une nouvelle relation entre la Chambre...
28 Novembre 2019 | Benoît Thiollent
Agroécologie : "Chez Carbone'N Caux, on a supprimé les factures"
Présentation du travail du GIEE Carbone'N Caux de Seine-Maritime aux...
23 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
Le Festival Alimenterre en Normandie
Le Festival Alimenterre en Normandie : "Notre avenir se joue dans nos assiettes"
Des projections de films documentaire ont lieu dans toute la...
15 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
Dans le Perche, le bocage s'agite avant l'hiver ! Ecomusée Ste Gauburge
Dans le Perche, le Festival Très Trait Percheron prend de l'ampleur
L'Ecomusée du Perche organise du 1er au 10 novembre des animations...
15 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
string(74) "Une camera, des hommes, un territoire : l'ecologie racontee autrement"
string(69) "Une camera, des hommes, un territoire : l'ecologie racontee autrement"