Des normands en finale du concours Arbres d'Avenir


Gautier Fihue est agriculteur à Osmoy Saint Valéry (76) - Photo : Arbres d'Avenir
Les internautes ont jusqu'au 22 janvier pour voter sur des projets d'agroforesterie.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             

 

Le concours Arbres d'avenir a sélectionné 25 lauréats parmi des agriculteurs présentant des projets d'agroforesterie. Arbres d'Avenir récompense ces lauréats à la hauteur de leurs besoins individuels en financement. Les dotations sont adaptées à la taille des projets, allant de 5 000 € à 16 650 €

Reste à départager 9 de ces lauréats pour accéder à l'élection des grands gagnants. Le vote des internautes sur le site du concours est ouvert jusqu'au 22 janvier à cet effet.

Trois d'entre eux recevront une dotation financière et un accompagnement pour lancer une campagne de financement participatif. C'est l'occasion pour vous lecteurs de découvrir de nouvelles pratiques agricoles et même de participer à ce vote.

 

Un soutien à l'agroforesterie

L'agriculture et le bois font bon ménage. L'agroforesterie est ni plus ni moins un retour à des pratiques ancestrales. Des agriculteurs plantent aujourd'hui des arbres en bordure ou au milieu des champs. Complétée par la plantation de haies, cette plantation change la donne en matière environnementale et apporte des sources de diversification au niveau économique.

La tentation est grande de mettre en avant les normands qui se retrouvent en finale du concours Arbres d'Avenir. Car ces agriculteurs, on les connait. C'est l'occasion de présenter la globalité de leur démarche et de nourrir notre récit de l'actualité de la campagne normande.

Car leur volonté de planter des arbres s'inscrit dans une logique agricole où l'agriculteur n'est plus simplement celui qui sème et récolte ou élève des animaux. Et nul besoin de se projeter dans l'avenir. Chaque agricultrice ou agriculteur peut prendre dès aujourd'hui une place plus grande en tant qu'acteur du territoire : soutien à la biodiversité, productions en filières courtes et développement du tourisme.

 

Le prix Nature

 

Gautier Fihue est agriculteur à Osmoy Saint Valéry. Il est aujourd'hui finaliste dans la catégorie Prix Nature du concours Arbres d'Avenir.

Il se présente de manière succinte : "Il y a un an, je me suis installé sur la ferme familiale de 180 ha dans le Pays de Bray, en Normandie. L’activité principale est l’élevage laitier, conduit en bio avec un système basé sur le pâturage. Je cultive également des céréales et j’ai le projet de développer une activité d’accueil à la ferme. A terme, ces activités diversifiées devraient aussi permettre de créer de l’emploi."

Son cheptel a la particularité d'être composé de vaches de race Kiwi, croisement de type Holstein et de Jersiaise. Son ambition en matière d'agroforesterie est de planter 7000 arbres et plants de haies sur une période de trois saisons. Avec à terme une lutte contre l'érosion, l'amélioration de la matière organique et de la structure du sol. Avec de plus un apport notable en matière de biodiversité et une évolution du paysage.

Ces plantations, Gautier Fihue va les mener sous forme d'arbres isolés et de haies dans les pâturages des vaches laitières. Et il prévoit des alignements de chênes, noyers et merisiers dans les champs destinés aux cultures. Avec en plus une attention particulière au chemin qu'il a recréé, à travers la plantation de haies. Des haies qui lui permettent d'envisager un complément d'activité à travers la production de bois pour les chaudières à bois déchiqueté.

 

 

L'éleveur mise aussi sur le développement du tourisme sur son secteur. Son projet économique intègre la création de gîtes pour héberger les cyclistes de la voie verte située à quelques coups de pédalier de sa ferme. Le promeneur pourra constater une évolution dans le paysage depuis l'installation de Gautier Fihue. Un chemin a ainsi réapparu, pour relier la ferme aux gîtes et l'Avenue Verte.

Ce projet touristique l'a incité à penser collectif et à s'investir en tant que trésorier dans l'association London Paris à la Carte qui préfigure la création d'une coopérative SCIC destinée à stimuler le tourisme des cyclistes le long de l'Avenue Verte. Voir le blog de l'association London Paris à la Carte hébergé sur Agri-Culture.fr.

 

Avec London Paris à la Carte, le vélo sort de l’Avenue Verte

 

Un projet dont l'état d'esprit est exprimé par son auteur : "Je suis accompagné dans cette aventure par des voisins, amis, structures et associations locales. Ensemble pour dynamiser notre belle région. Je nourris l’espoir de voir d’autres agriculteurs voisins s’inspirer de ma démarche et se lancer dans l’agroforesterie à leur tour. Je plante aussi pour transmettre aux générations futures des paysages agricoles et une nature préservée."

 

Le prix Graine d'Agriculteur

 

Parmi les finalistes du concours Arbres d'Avenir, on note la présence de la ferme Cara Meuh dans la catégorie Graine d'Agriculteur. Ce prix récompense un projet original et innovant porté par un jeune agriculteur de moins de 35 ans.

Et chez Cara Meuh, l'originalité et l'innovation sont des notions courantes. La ferme Cara Meuh s'est fait connaître avec sa production de caramels à ferme. En 2017, l'apparition d'un poulailler mobile dans un autobus réformé a suscité la curiosité. Il faudra désormais compter en plus sur l'agroforesterie et la mise en place de 100 ruches au printemps.

La famille Lefranc élève des vaches laitières à Vains (50). Au cœur de la baie du Mont St Michel depuis quatre générations. La relève de génération assure au parents un nouvel élan à la diversification entreprise. Car l'aventure a motivé les trois fils, Fabien (25 ans), Jason (25 ans) et Charlie (26 ans) à les rejoindre. Charlie étant le dernier a s'installer avec le projet de rucher.

 

Charlie, dernier installé de la famille Lefranc à Vains (50) - Photo : Arbres d'Avenir

 

 

La famille Lefranc projette la plantation de 3300 arbres supplémentaires sur la ferme. L'enjeu est de taille pour permettre de mettre en place une barrière de protection face au vent du bord de mer.

 

 

 

Invitée à préciser ses motivations, la fratrie Lefranc précise : "L’agriculture que nous proposons c’est une agriculture paysanne, dynamique, diversifiée et surtout durable. On vous invite donc à voter pour nous et venir visiter la ferme afin d’échanger et de construire ensemble un modèle agricole humain !"

 

Pour en savoir plus sur la ferme Car Meuh :

Avec son festival, Cara-Meuh met les petits plats dans les grands

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

Emplacement

50300
France
48° 41' 27.924" N, 1° 21' 27.936" W
FR
08 Janvier 2018 | Benoît Thiollent

Commentaires

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Plérin : marché morose à l'échelle européenne
Plérin : la demande reste faible partout en Europe
Les cotations relevées sur le Marché du porc breton de Plérin (22)...
22 Janvier 2018 | Benoit Delabre
Pour le maraîcher, « les Amap, c’est une vraie sécurité »
Pour le maraîcher, « les Amap, c’est une vraie sécurité »
Maraîchers à St-Martin-l’Hortier, Isabelle et Fabrice Fortin ont misé...
22 Janvier 2018 | Benoit Delabre
L'Association Bio Normandie placée en redressement judiciaire
L'Association Bio Normandie placée en redressement judiciaire
Les acteurs historiques de l'agriculture biologique en Normandie...
19 Janvier 2018 | Benoit Delabre
Silos à grains sur le port de Rouen - exportation de céréales
Les cotations des céréales rendu port
Les cotations des céréales (blé, orge et maïs), rendu port au 16...
17 Janvier 2018 | Benoit Delabre