L'opposition à la décharge GDE
à Nonant-le-Pin se poursuit


Une centaine d'opposants au centre d'enfouissement de déchets ont bloqué l'entrée le 3 décembre pendant 2 heures.

Le centre de stockage des résidus de broyage automobile (RBA) de Nonant-le-Pin n'en fini plus de cristalliser la colère dans l'Orne. C'est par une action symbolique d'occupation de l'entrée pendant 2 heures que les opposants à l'activité du centre d'enfouissement de déchets de GDE (Guy Dauphin Environnement) ont repris leurs actions le 3 décembre. Et des actions variées, il y en a en nombre depuis l'annonce il y a maintenant des années de la création de la structure de stockage, jusqu'à aujourd'hui avec la reprise de l'activité.

Entre temps, les opposants ont organisé un campement d'occupation pendant un an sur le site, avant d'être délogés. La lutte à alors continué sur le plan judiciaire, avec la dénonciation du stockage sur les lieux de plus de 1800 tonnes de déchets illégaux. La justice a d'abord tranché en ordonnant à l'exploitant de cesser l'activité d'enfouissement, notamment pour cause de présence de déchets de pneus automobile interdite par la législation. Puis s'est ravisée au début du mois de novembre, avec un nouveau jugement signifiant une relaxe à GDE. L'activité du site a donc depuis repris. La bataille d'experts faisant rage, camp contre camp, analyses contradictoires d'eau de rivière à l'appui.

 

Ce qui est marquant dans cette logique d'opposition à Nonant, telle qu'on peut l'observer en France en ce moment en divers lieux de contestation de projets touchant l'environnement, c'est la diversité des profils des opposants.

Au delà de la population de Nonant le Pin et des élus locaux, le centre d'enfouissement a d'abord fédéré contre lui ses proches voisin : les agriculteurs et professionnels de l'élevage de chevaux. Et la filière équine s'est mise ensuite vent debout contre l'entreprise Guy Dauphin Environnement. Syndicats d'éleveurs et médias spécialisés soutiennent par conséquent le Front de résistance de l'Orne créé pour l'occasion, ainsi qu'une communauté Non à la décharge de Nonant forte de 40000 soutiens sur les réseaux sociaux. Le producteur TV Thierry Ardisson, résidant à 20 km, a rejoint la cause. A noter qu'une telle "dream team" s'est donc constituée initialement sans militants écologistes traditionnels à la manoeuvre et autres défenseurs de ZAD (zones à défendre) aux avants postes.

Il est vrai qu'à la découverte du projet il y avait déjà de quoi s'inquiéter. Une décharge de déchets ultimes, même moderne, fait tâche sur un territoire. Mais quand le territoire en question est traversé d'une rivière et bordé d'élevages de chevaux haut de gamme ayant vu grandir nombre de cracks nationaux, la verrue n'est pas uniquement esthétique. Et il est prévu d'enfouir pendant dix-sept ans 150 000 tonnes de déchets non traités par an.

La question du maintien de la qualité des eaux souterraines est donc posée, métaux lourds et hydrocarbures étant de parfaite bombes à retardement pour un site d'enfouissement vis à vis de la nappe phréatique. Le jus de stockage de la décharge et les particules fines émises par les déchargements de bennes de camion sont donc logiquement au centre de tous les débats. Un centre d'enfouissement, fusse t'il créé spécifiquement pour le début d'activité de stockage, est il en mesure de prouver l'absence de pollutions sur l'environnement actuelles et futures ?
 

(Suite de l'article dans la communauté)
 

Emplacement

76000 Sotteville les Rouen
France
49° 26' 47.3676" N, 1° 5' 51.36" E
FR

La suite de cet article est réservée aux membres de la communauté.


Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !



04 Décembre 2014 | Benoît Thiollent

Commentaires

Photo: 

Comme d'habitude dans ces histoires d'enfouissement, on fait et on voit après ! C'est le fameux "Oups, j'crois qu'j'ai fais une con...ie ! "
Photo: 

Lutter contre de mauvais projets est une bonne chose et c'est peut-être le cas ici, mais il est vraiment difficile d'y voir clair entre la voix de l'industriel (forcément méchant) qui veut défendre son investissement et la voix des associations de plus en plus extrémistes dans leurs propos et leurs actes (en même temps, c'est la seule façon d'être écoutée). On ne peut pas compter non plus sur les administrations, totalement débordées. Quant-aux élus ? Les attaques personnelles de plus en plus fréquentes ne sont pas là pour les encourager à se mouiller. Alors qui dit vrai dans tout ça?

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.

Prolonger la lecture

Silos à grains sur le port de Rouen - exportation de céréales
Les cotations des céréales rendu port
Les cotations des céréales (blé, orge et maïs), rendu port au 17...
18 Avril 2018 | Benoit Delabre
Plérin marché du porc breton porcelets
Marché du porc breton : en attendant le soleil
Les cotations relevées sur le Marché du porc breton de Plérin (22)...
17 Avril 2018 | Benoit Delabre
festival du lait et autres gourmandises normandes Percy en Normandie
Le Lait a son festival... et il est 100 % Normand !
Le 1er Festival du Lait et autres gourmandises normandes aura lieu du...
12 Avril 2018 | Benoit Delabre
Un plan de développement de la méthanisation en Normandie
La Normandie se dote d'un plan de développement de la méthanisation
La Région Normandie et l’ADEME veulent faciliter l’émergence des...
12 Avril 2018 | Benoît Thiollent