Usines en bord de Seine, portrait d’un territoire en mouvement


Un colloque organisé à Duclair a vu la présentation d’un livre sur l’histoire industrielle de la basse vallée de la Seine.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             

 

Un Parc naturel s’intéresse aussi aux usines…

Cela peut paraître étonnant, mais un Parc naturel peut mettre de côté ses thématiques habituelles pour évoquer son passé industriel. C’est ce que fait depuis le début de l’année le Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande.

On vous avait parlé au printemps du travail de collecte orale mené par le Parc naturel sur le thème du travail à l’usine.

 

Travailleurs de l'industrie en vallée de Seine, quelles identités ?

 

 

Porteur depuis 2016 du projet "Le monde du travail", le Parc naturel a organisé à Duclair le 16 et 17 novembre un colloque intitulé Usines en Bord de Seine. De l’industrialisation de l’après Première Guerre mondiale à la désindustrialisation entamée dans les années 70, le sujet des projets de reconversion des usines a été aussi abordé.

Ces usines ont aujourd’hui pour la plupart disparu, mais leurs noms résonnent encore dans la mémoire collective autour des communes de Duclair, Yainville, Le Trait, Caudebec-en-Caux : la clouterie Mustad, la centrale Edf, l’huilerie, la savonnerie, la raffinerie Standard Oil, les chantiers navals, Latham…

Seules demeurent aujourd’hui, rescapées du naufrage de l’industrie, l’orfèvrerie Christofle, Flexi France et la Revima. On ne comptera donc pas sur ce colloque pour imaginer des sauvetages du patrimoine industriel de la basse vallée de la Seine. Car les bâtiments n’ont pas survécu, détruits pour la plupart des années après l’arrêt de la production.

 

Christian Mustad, invité d’honneur du colloque Usines en Bord de Seine, dont la famille était propriétaire de la clouterie Mustad à Duclair.

 

 

Un projet de territoire

Le projet de territoire "Le monde du travail" étudie l’industrialisation, de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe siècle. Il vise à renouveler notre regard sur l'histoire industrielle locale. Souvent méconnue, cette histoire a façonné les paysages, transformé l’urbanisation de la vallée de la Seine et bousculé les traditions agricoles et artisanales. "Le chantier naval du Trait a créé Le Trait tel qu’on l’a maintenant. C’était un village de 400 personnes. Il y a avait des bucherons, des gens qui commerçaient sur la Seine et des agriculteurs", explique Jean-Pierre Girod, président du Parc naturel.

Pour mener à bien ce projet, le Parc accueille une doctorante de l’université de Rouen-Normandie pendant trois ans. Marine Simon étudie ainsi les rythmes et les modalités sociales et spatiales de l’industrialisation entre Duclair et Rives-en-Seine.

Jean-Pierre Girod, évoque le contexte de l'étude "La seine est une épine dorsale, elle a permis le développement d’activités humaines et éco sur le territoire. Le colloque usine en bord de seine est en lien total avec nos collections, composées de 12000 objets. C’est important d’avoir ce regard, sans vision passéiste. Pour savoir comment construire l’avenir du territoire, à partir de cette connaissance."

Un regard qui passe par la réalisation du livre Usines en bord de Seine, présenté à l’occasion du colloque.

 

Un livre témoignage

Le livre Usines en bord de Seine est doté d’une première partie iconographique consacrée aux industries disparues. Par volonté de témoignage direct, il donne ensuite la parole à celles et ceux qui ont travaillé dans ces usines.

Il en ressort de brefs témoignages illustrant la vie quotidienne, la contrainte du travail en usine, la camaraderie, mai 68 et la classe ouvrière :

"L’embauche était à sept heures du matin, avec le sifflet qui donnait le signal dans tout Duclair. Un premier sifflet à sept heures moins vingt, puis sept heures moins dix, sept heures moins cinq. Et à sept heures, il fallait être au boulot"

"Tout était dangereux là-dedans ! Les produits et tout… la soude, l’acide… il fallait faire attention !"

"C’était assez chaud quand même mai 68. Mais bon, on a toujours eu une entreprise qui nous a payé nos grèves".

 

 

Un regard photographique

Le livre se poursuit par un regard photographique sur le monde industriel. A partir de 2015, le photographe Loïc Séron a arpenté de nombreuses usines de Seine-Maritime pour témoigner du travail des ouvriers. Dont les entreprises Christofle à Yainville et Flexi France, située sur la commune du Trait

Sollicité par le Parc Naturel régional des Boucles de la Seine Normande pour prolonger son étude, il a fait un crochet sur son territoire en avril 2017. Avec une visite des usines Révima et Révima Apu à Rives-en-Seine, spécialiste de la révision des trains d'atterrissages pour Airbus et Boeing. Et sur la découverte de l’ancien site de la clouterie Mustad à Duclair.

Observant des créneaux industriels de très haute qualité dictés par un contexte de concurrence mondialisée, le photographe témoigne par ces clichés de ce qui est invisible à l’extérieur de ses usines : "Je découvre à chaque étape une immense variété de situations de travail, de gestes ouvriers, de savoir-faire, et je comprends qu’il y a mille et une façons d’être ouvrier à notre époque".

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

Emplacement

76430
France
FR
30 Novembre 2017 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

The Inspector Cluzo, des rockeurs et agriculteurs militants.
Le duo gascon était de passage à Rouen au 106 le 13 octobre pour...
19 Octobre 2018 | Benoît Thiollent
Le Festival Alimenterre en Normandie
"Notre avenir se joue dans nos assiettes" : des projections de films...
18 Octobre 2018 | Benoit Delabre
"La ferme en folie" autour de Granville, un festival pour petits et grands
"La ferme en folie" autour de Granville, un festival pour petits et grands
150 rendez-vous et 6 jours d’effervescence pour les enfants sur le...
16 Octobre 2018 | Benoit Delabre
Planche(s) Contact : le festival photo de Deauville
Planche(s) Contact : le festival photo de Deauville
Du 20 octobre au 25 novembre, Deauville accueille une vingtaine d'...
15 Octobre 2018 | Benoit Delabre