En Seine-Maritime, la Chambre d'Agriculture tend la main aux territoires


Présentation de l'Opération Grand Site Falaises d'Etretat par Florence Thibaudeau Rainot - Phot : Benoît Thiollent
2019, point de départ d'une nouvelle relation entre la Chambre consulaire et les collectivités ?

 

Pas encore membre de la communauté d'Agri-Culture.fr ? C'est gratuit !

 

      

 

La Chambre d'Agriculture de Seine-Maritime vient de lancer une action de communication à l'égard des élus seinomarins.

Une présentation d'une matinée orchestrée par une coach, des ateliers d'échanges l'après-midi pour passer à la pratique. La journée baptisée "Agriculture & Territoires" organisée le 14 novembre au Lycée Agricole Naturapole d'Yvetot avait tout des codes des séminaires d'entreprise.

 

Animation d'atelier par Laurence Sellos, présidente de la Chambre d'Agriculture de Seine-Maritime - Photo : Benoît Thiollent

 

L'enjeu pour l'organisme consulaire est de tenter de se positionner comme incontournable dans la prise de décision des projets ruraux. Mais pas seulement au plan politique. La Chambre d'Agriculture cherche à se diversifier. En proposant désormais aux territoires une offre d'accompagnement et de formation dotée d'une marque spécifique : Terralto

Peu d'élus de Seine-Maritime étaient pour autant présents à cette première rencontre. Mais l'essentiel n'est pas là. Ce qui ressort de la matinée est la reconnaissance de l'étendue du travail de rapprochement à mener. Car, avec des intérêts souvent contradictoires entre économie et environnement, les protagonistes ont eu longtemps pour habitude de s'ignorer.

 

L'élan d'une nouvelle mandature

Les élections à la Chambre d'Agriculture ont été remportées en février 2019 par la FNSEA avec 53.91% des voix. Dans le cadre d'un scrutin marqué par un taux de participation historiquement bas en Normandie. La Seine-Maritime faisant mieux que les départements voisins avec 42,73%.

La nouvelle mandature de 6 ans de la Chambre d'Agriculture de Seine-Maritime débute ainsi avec un constat de "peu mieux faire" dans les relations entre la profession agricole et les territoires.

Laurence Sellos, présidente de la Chambre d'Agriculture de Seine-Maritime, observant des enjeux de préoccupations alimentaires et énergétiques, a manié l'humilité vis à vis des élus du territoire,: "Vos préoccupations, c'est développer vos territoire en préservant le cadre de vie. Et protéger l'environnement. On est à la croisée des chemins. Le dialogue entre l'agriculture et la société est compliqué. C'est avec votre aide qu'il faut qu'on bâtisse cette nouvelle relation qui permettra de nous comprendre. Il faut que les citoyens connaissent mieux notre métier pour pouvoir le comprendre."

Le syndicat agricole se retrouve ainsi en position de faire adhérer les territoires aux objectifs de la feuille de route de sa mandature  : dynamiser la ruralité, créer la valeur ajoutée et développer l'entreprenariat. Reste évidemment une idéologie syndicale bien présente derrière ces ambitions fédératrices.

 

Stop à l'agri ra-bashing

A ce petit jeu, les territoires savent composer. Le Département Seine-Maritime, co-financeur avec la Chambre d'Agriculture d'un film de présentation de l'agriculture seinomarine, a ainsi posé une limite à travers la voix de Patrick Chauvet. Le vice-président en charge de l'agriculture s'accomode mal du discours de victimisation porté par la FNSEA. et ne se prive pas de le dire.

Le syndicat a dénoncé les attaques des végans et des écologistes à travers le terme d'agribashing. Puis c'est récemment ravisé, constatant que son utilisation est finalement contre productive. Pour autant, sur le terrain, le terme demeure toujours employé.

"J'ai beaucoup de mal avec l'appellation bashing. La traduction littérale, c'est taper fort. Si on tape tous fort dans toutes les catégories socio-professionnelles, vous voyez un peu où on va. Il faut se décomplexer de temps en temps. Quand on est sûr de ses valeurs, quand on croît à ce qu'on fait, on n'a pas à culpabiliser. Il faut positiver, et être fier de ce qu'on fait", explique Patrick Chauvet

 

Le rôle de l'élevage

De la fierté, les agriculteurs peuvent légitimement en avoir. Reste que l'élevage concentre les critiques. Et même souvent des contradictoires ! Point central des récriminations émises par des organisations environnementales, il est aussi montré du doigt sur les territoires lorsque son activité s'arrête.

La fin de l'activité laitière de nombreuses exploitation agricoles a vu la mise en culture de prairies initialement dédiée au pâturage. Et ce n'est pas tout, l'urbanisation a une lourde responsabilité sur le changement des paysages.

Michel Cortinovis, président de l'association des syndicats de bassins versants de l'Austreberthe voit dans l'herbe le seul rempart véritable contre le ruissellement. Son constat de la situation est sans appel : "Sur l'Austreberthe, en 30 ans, on est passés de 10000 à 20000 constructions. Et on a perdu plus de 50% d'herbages. 60 ouvrages hydraulique ont été réalisés, pour 15 millions d'euros. Au bout du compte, en 2035, nos ouvrages vont devenir transparents si on continue comme ça."

Des solutions, la profession agricole en a néanmoins à proposer sur le sujet. Aline Catoir, éleveuse bovins lait et élue chambre d'agriculture, plaide pour un retour au pâturage. Un pâturage d'un nouveau genre. Composé de cultures à la place de l'herbe, en couverture de sol permanente sans travail de sol : "L'autonomie alimentaire est une des réponses à apporter. Beaucoup d'éleveurs travaillent sur l'optimisation du pâturage. Il y a une évolution des mentalités en 10 ans. Très peu de bâtiments hors sols se construisent depuis 2 ou 3 ans."

 

Le pâturage, point central de la table ronde sur l'élevage - Photo : Benoît Thiollent

 

 

Faire bouger les mentalités

Jocelyn Pesqueux, éleveur polyculteur, et président du GIE Prolaivia Haute-Normandie, GIE Prolaivia Haute-Normandie, observe une forte capacité d'absortion des chocs de la part de la l'agriculture. Mais cette résistance naturelle n'a pas forcément que des bons côtés : "L'agriculture est un métier très résilient. On est des années à résister, et petit à petit ça s'effrite. Dans les deux sens. Car quand il y a des voies positives, on met aussi beaucoup de temps à y aller. On est un peu lents au démarrage, il faut l'admettre. On est dans un changement de tendance, mais il faut se donner les moyens de vivre."

 

Opération Grand Site Falaises d'Etretat

Cette sociologie agricole, Florence Thibaudeau Rainot la connait bien. La conseillère départementale du canton du Havre a été la cheville ouvrière de l'Opération Grand Site Falaises d'Etretat.

Un Grand Site est un territoire remarquable pour ses qualités paysagères, naturelles et culturelles qui accueille un large public. L’Opération Grand Site est la démarche mise en place pour valoriser l’attrait d’un Grand Site.

Pour faire avancer le projet OGS, Florence Thibaudeau Rainot a oeuvré auprès des habitants, associations, agriculteurs, commerçants et élus. Pour convaincre de la préservation des intérêts de chacun. Avec pour territoire les communes de Bénouville, Bordeaux-Saint-Clair, Etretat, La Poterie-Cap-d’Antifer, Le Tilleul, Saint-Jouin-Bruneval, Criquebeuf-en-Caux, Fécamp, Froberville, Les Loges, Saint-Léonard, Vattetot-sur-Mer, Yport, l'OGS est à 80 % de profession agricole.

Florence Thibaudeau révèle : "J'ai commencé par demander un rendez vous avec le président de la Chambre d'Agriculture. J'ai bien senti que je n'étais absolument pas attendue. J'ai eu le sentiment d'avoir besoin de sortir les rames pour convaincre de l'utilité de travailler ensemble."

Arnaud Levasseur, élu à la Chambre d'Agriculture, en convient : "Quand on a découvert le projet, il y a eu d'abord une frustration. Nous les agriculteurs, on est méfiants. Le Conseil Départemental a pris la décision de communiquer un maximum."

La morale de histoire retiendra que le dialogue a fonctionné. Car dans cette opération paysagère, la préservation de l'activité agricole n'a pas été sacrifiée sur l'autel de la préservation de la biodiversité.

 

 

 

Emplacement

76000
France
FR

La suite de cet article est réservée aux membres de la communauté.


Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !



28 Novembre 2019 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.

Prolonger la lecture

Les Villages Illuminés : plein feu sur le bocage normand
Les Villages Illuminés : plein feu sur le bocage normand
Jusqu'au 6 janvier, le bocage normand va s'illuminer. De Condé-sur-...
05 Décembre 2019 | Benoît Thiollent
Quatre communes de l'Eure sortent de zone blanche
Téléphonie : quatre communes de l'Eure sortent de zone blanche
Gaudreville-la-Rivière, Saint-Denis-le-Ferment, Bézu-la-Forêt et...
25 Novembre 2019 | Benoît Thiollent
Ciné Seine Cinéma rural itinérant novembre
Ciné Seine : la programmation du cinéma rural itinérant
La programmation des séances de cinéma du circuit CinéSeine pour le...
30 Octobre 2019 | Benoît Thiollent
"La ferme en folie" autour de Granville, un festival pour petits et grands
"La ferme en folie" autour de Granville, un festival pour petits et grands
150 rendez-vous et 6 jours d’effervescence pour les enfants sur le...
15 Octobre 2019 | Benoit Delabre
string(77) "En Seine-Maritime, la Chambre d'Agriculture tend la main aux territoires"
string(72) "En Seine-Maritime, la Chambre d'Agriculture tend la main aux territoires"