Une grève de la faim pour toucher 8 mois de salaires impayés


Son voyage sur le littoral normand est au cœur d’un bras de fer entre Hervé Réaux et la mairie de Saint Etienne du Rouvray.

 

Pas encore membre de la communauté d'Agri-Culture.fr ? C'est gratuit !

 

      

 

On n’avait pas vu Hervé Réaux depuis novembre 2016, à l’issue de son périple sur le littoral normand.
 

Fin de périple pour le voyageur du littoral normand

 

On avait quitté un homme apaisé, sa voiture décorée de fleurs. On retrouve un homme tendu, le visage émacié par une grève de la faim entamée il y a 12 jours. La fidèle Renault 4 est désormais recouverte de slogans revendicatifs. Voilà plus d’une semaine qu’il vient passer ses journées devant la mairie. Plus de dix ans de bataille juridique ne viendront donc pas à bout de sa détermination.

"Je suis un compétiteur, j’ai l’habitude des défis. Je suis dans un comportement obsessionnel de compétition, plus rien ne m’intéresse au delà de mon problème. J’ai eu l’impression de faire une cure de détox la première semaine, mais après c’est un saut dans l’inconnu", affirme d’emblée Hervé Réaux quand on le questionne sur son état de santé.

L’homme en grève de la faim pourrait ce soir s’octroyer une pause dans son combat contre la mairie de Saint-Etienne-du Rouvray. Mais non, la lutte continue. Il vient pourtant de bénéficier en ce 9 octobre d’une médiation à l'initiative de la Direction générale de la Ville qui lui est favorable.

Un accord semble aujourd’hui trouvé sur le versement des salaires non payés. Sous la forme d’un engagement oral. Le vent tourne donc en sa faveur, mais l’homme est devenu méfiant : "Cette première étape, reconnaissant mes droits au versement de ces 8 mois de salaire, me soulage dans la légitimité de ma démarche. Pour autant, il revient maintenant au politique d'accepter le montant du préjudice proposé. Et aux services d'en fixer les modalités légales d'application. La grève de la faim continue jusqu'à la fin complète de ce conflit."

 

 

 

La 4L et le prisonnier

On l’a bien compris, le périple d’Hervé Réaux sur le littoral normand en plein congé longue maladie pour dépression n’est pas passé auprès de la mairie de Saint-Etienne-du-Rouvray. Indemnisé d’un demi salaire jusqu’à sa retraite pour cause d’invalidité, Hervé Réaux n’aurait pas dû ainsi quitter son domicile de Darnétal pour faire ce parcours.

Quelques mois après son retour, la sanction est tombée. La mairie a cessé de lui verser en février le salaire dû jusqu’à sa retraite effective fin 2017 : "Près de 80 pièces ont été apportées par la mairie au Tribunal Administratif pour affirmer que j’ai pris du bon temps. On est dans l’ère des réseaux sociaux, avec les commentaires et les dénonciations qui en découlent. Le fait de me voir tondre ma pelouse a même été interprété comme signe de parfaite santé".

Il ne faut pourtant pas être grand clerc pour voir dans ce périple autre chose que des vacances. Mis de côté la tâche environnementaliste que s’était fixé Hervé Réaux, le fait de partir seul pendant plusieurs mois nous dit quelque chose de son état personnel de l’époque. Nous l’avions souligné en introduction du premier article sur son parcours : Se faire ouvrir des campings municipaux hors saison. Quitter le confort de son domicile pour dormir dans une caravane vintage au beau milieu des frimas normands. Tracter une caravane avec une Renault 4 du Tréport au Mont Saint Michel… Combien seraient volontaires pour ce séjour paradisiaque ?

 

 

"Comment expliquer qu’on part comme ça… " Hervé Réaux concède aujourd’hui que la médiatisation de son périple l’avait fait occulter à l’époque les vraies raisons de son départ. Il nous avait pourtant évoqué avec pudeur lors de nos rencontres sur le littoral une part de sa situation personnelle. Nos articles étaient restés à l’époque centrés sur le sujet de l’écologie, évoquant néanmoins un ressenti sur la fragilité de l’homme.

 

Le blues du voyageur sur le littoral normand

 

 

Le rôle des médias

Lucide, Hervé Réaux n’élude pas les circonstances de la semaine écoulée : "La pression médiatique a joué dans le revirement de la mairie. Le Bulletin de Darnétal, Paris-Normandie, France 3 Normandie… ça compte."

Soucieux de voir sa démarche instrumentalisée sur le plan politique, Hervé Réaux tient à placer son combat sur le terrain de la lutte contre la souffrance au travail. Ironie de l'époque, cette grève de la faim fait écho avec l'émotion suscitée dans le pays par la diffusion de l’émission Envoyé Spécial de France 2 consacrée aux abus hiérarchiques dans les secteurs de la téléphonie et de la grande distribution. Nous offrant pour le coup une plongée vertigineuse dans "l’arrière cuisine" d’une mairie de province.   

"Je suis combattant pour préserver la planète. Cette histoire m’est tombée par hasard sur la tête. Je raisonne comme la démarche des colibris. Un individu tout seul, tout petit, d’1,62 m, peut faire bouger les choses. Ma famille est inquiète pour moi, ils connaissent ma détermination…". Hervé Réaux maintient de fait le planning chargé initialement prévu pour la semaine.

On pourra le voir mardi et mercredi devant la mairie de Saint Etienne du Rouvray. Jeudi, il prendra la direction de Paris pour déposer symboliquement une lettre à Agnès Buzin, Ministre des Solidarités et de la Santé et à Gérald Darmarin, Ministre de l'Action et des Comptes publics. Rendez vous est d’ores et déjà pris avec l’Agence France Presse et BFM TV.

Et on le retrouvera samedi matin à Rouen place du Vieux Marché. Et le lendemain à Sotteville-les-Rouen pour le marché dominical.

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

Emplacement

76800
France
FR
10 Octobre 2017 | Benoît Thiollent

Commentaires

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Les 11e Journées d’Automne à Héricourt en Caux
Portes ouvertes aux pépinières Lecuyer le 21 et 22 octobre sur le...
18 Octobre 2017 | Benoît Thiollent
Des courses hippiques sous le signe du développement durable Equures label
Des courses hippiques sous le signe du développement durable
A Tourgeville le 16 octobre, l'hippodrome de Deauville -...
11 Octobre 2017 | Benoit Delabre
Les Automnales : apportez de la couleur à votre jardin
10 horticulteurs et pépiniéristes de la Manche et du Calvados ouvrent...
09 Octobre 2017 | Benoit Delabre
Le Haras du Pin accueille le concours national de l'Âne normand
Le Haras du Pin accueille le concours national de l'Âne normand
Le 8 octobre, le plus petit des ânes de France sera à l'honneur dans...
03 Octobre 2017 | Benoit Delabre