Ils repeuplent les clochers de l’Eure…


© Jean-Pierre Aumont
Dans l'Eure, avec la bénédiction des municipalités, une association installe des nichoirs dans les clochers pour accueillir la chouette Effraie...

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

              

 

L’association Naturellement Reuilly et l’Association pour les loisirs éducatifs de Gravigny (Alegra) portent activement un programme de protection de la Chouette Effraie.

Avec la bénédiction des municipalités ils disposent des nichoirs dans les clochers pour accueillir ce majestueux rapace nocturne, également nommé Effraie des clochers...

 

La Chouette Effraie, une espèce en régression

 

Une expérience démultipliée sur l'agglo d'Evreux

 

Protection et éducation à l'environnement

 

 

La Chouette Effraie, une espèce en régression

 

L’aventure de l’opération Un clocher, une effraie nait en 2007 à Reuilly, non loin d’Evreux.

Alexandre Hurel, fondateur de l’association de sensibilisation à la nature Naturellement Reuilly, installe un nichoir dans l’église de Reuilly.

« En discutant avec la mairie, j’ai appris qu’il y avait autrefois une chouette dans l’église, mais que depuis que le clocher avait été grillagé pour empêcher les pigeons de s’installer, il n’y avait plus de chouettes. Du coup j’y ai installé un nichoir… »

La chouette effraie, autrefois très présente dans nos villages est en effet en déclin. Bien que toujours commune, l’espèce a un statut européen défavorable et son niveau de vulnérabilité augmente peu à peu.

Comme d’autres espèces nocturnes, la chouette effraie paie un lourd tribu sur les routes de France et d’Europe.

Selon une étude menée en 2006 par le SETRA (Service d'études sur les transports, les routes et leurs aménagements), les collisions routières représenteraient la moitié de la mortalité de l’espèce. Selon la Ligue pour la protection des oiseaux, on estime qu’une chouette effraie est tuée tous les 2 km sur les autoroutes.

Ce problème majeur est accentué par la disparition de ses lieux de nidification privilégiés : les constructions humaines ouvertes tels que les combles, les vieilles granges, et les clochers …

 


© Daniel Basley

 

Une expérience démultipliée sur l'agglo d'Evreux

 

Le projet de Naturellement Reuilly démarre de là. Car dès la première année d’installation du nichoir, une chouette effraie vient se réinstaller à Reuilly.

L’association décide alors de monter un dossier de subvention auprès de la fondation Nature et Découverte, pour équiper tous les clochers de l’agglomération d’Evreux (hors commune d’Evreux). Soit une vingtaine de clochers à l’époque.

Les mairies étaient au début peu emballées, le principe de grillager les clochers étant justement d’empêcher les oiseaux d’y nicher… Mais l’Association propose un système ingénieux de tunnel grillagé qui ne donne accès qu’au nichoir et pas au reste de l’édifice. Les chouettes, pas plus que les indésirables pigeons, n’ont donc pas accès aux combles.

« Avec un peu d’explications on a réussi peu à peu à convaincre et aujourd’hui ce sont plutôt les communes qui viennent nous chercher pour que l’on installe des nichoirs », raconte Alexandre Hurel.

Aujourd’hui 27 nichoirs à chouettes effraie sont posés. Pour la plupart dans des clochers et certains dans des granges ou bâtiments municipaux.

 


©  Jean-Pierre Aumont

 

Protection et éducation à l'environnement

 

Beaucoup ont été installés en 2017, grâce à un apport de main d’œuvre : les jeunes adhérents de l’association Alegra, l’Association pour les loisirs éducatifs de Gravigny. Ultra-motivés, les adolescents ont permis de multiplier les installations durant l’année. Au point que le suivi des nichoirs, assuré par Naturellement Reuilly, s’en complique.

Alors Alexandre Hurel fait appel à la technologie. Des caméras de surveillance sont installées dans plusieurs clochers. Ce qui permet de surveiller le nid sans monter dans l’édifice religieux, et de mobiliser des bénévoles moins expérimentés pour la surveillance.

« C’est aussi intéressant au niveau pédagogique, ajoute Alexandre Hurel. Par exemple à Guichainville, ce sont les instituteurs qui ont accès à la caméra, ce qui peut leur permettre de conduire un projet pédagogique avec leurs classes, autour de la chouette. »

Une chouette idée, non ?

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

 

25 Janvier 2018 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Rouen : 19e Concours Equi Seine
Le CSI **** indoor est de retour au Parc des Expositions de Rouen du...
16 Octobre 2018 | Benoit Delabre
Apiculture : "pendant longtemps, j’ai "servi" l’agriculture conventionnelle"
Apiculture : "pendant longtemps, j'ai "servi" l'agriculture conventionnelle"
Apiculteur depuis 35 ans, Vincent Bondois a longtemps fait cohabiter...
16 Octobre 2018 | Benoit Delabre
jardin fleur aménagement paysager
Les Automnales : apportez de la couleur dans votre jardin
10 horticulteurs et pépiniéristes de Normandie ouvrent leurs portes...
08 Octobre 2018 | Benoit Delabre
Les Automnales du Chateau de Martot champignons
Les Automnales du Chateau de Martot
C'est la saison des champignons... C'est aussi bientôt la 7e édition...
01 Octobre 2018 | Benoit Delabre