Enercoop, juste un fournisseur d’électricité verte de plus ?

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il se passe derrière votre prise ? Vous êtes-vous déjà demandé si il vous était, après tout, possible d’agir sur cette électricité qui alimente vos ordinateurs et réfrigérateurs ? De faire en sorte que, même de chez vous, vous agissiez contre le réchauffement climatique et le problème insoluble de la gestion des déchets radioactifs ?

 

C’est en se posant ces questions qu’Enercoop est née il y a maintenant 12 ans, en 2005. Les principes ? Acheter des kWh renouvelables injectés sur le réseau d’électricité, vendre ces kWh à des usagers du réseau, et permettre à ces producteurs, ces usagers, les salariés, de décider ensemble des axes stratégiques de l’entreprise.

Cela donne un fournisseur d’électricité, sous forme de société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), sans but lucratif, comptant aujourd’hui environ 150 producteurs, 50,000 clients, 150 salariés, 25.000 sociétaires.

En 2005, alors que l’électricité nucléaire ne se fissurait pas encore, alors que le changement climatique n’était pas un sujet médiatique, lancer Enercoop représentait un pari relativement fou. Aujourd’hui, le principe est devenu une évidence pour beaucoup.

 

Une évidence, et cependant, toujours une difficulté. Le prix. Enercoop est plus cher, sans n’avoir jamais augmenté son tarif en 12 ans. 6 à 8 € de plus par mois.

 

Pourquoi ?

 

L’élément majeur, et le plus complexe à appréhender, est le suivant : le principe des garanties d’origine (GO). Les GO ont été mises en place pour assurer la traçabilité de l’électricité renouvelable. Ces GO sont émises par un producteur d’électricité renouvelable, pour les vendre (sur un marché, ou de gré à gré), et ainsi valoriser un peu mieux sa production. Les GO ne peuvent être émises que par un producteur d’électricité renouvelable.

Jusqu’ici tout va bien. Là où l’affaire se gâte, c’est que la loi dit qu’une offre verte se base sur les GO que le fournisseur va devoir montrer pour attester de son offre verte. Le législateur ne va pas aller vérifier les achats réels de kWh.

 

Suivez bien : une offre verte doit présenter des GO, pas forcément corrélées avec l’origine des kWh. Il est donc tout à fait possible d’acheter des kWh nucléaires ou fossiles (sur le marché), d’y mettre l’étiquette GO, et de vendre cela comme une offre verte… Quant à Enercoop, bien qu’achetant ses kWh auprès de producteurs renouvelables, elle doit aussi leur acheter leur GO, afin de pouvoir prétendre à l’appellation offre verte.

Et cela explique l’origine majeure du surcoût d’Enercoop. Le kWh nucléaire ou de marché est plus bas aujourd’hui que l’achat de kWh renouvelable. Ces offres vertes légales sont donc moins chères.

 

Mais Enercoop s’est fondée sur la certitude du réchauffement climatique, et de la non viabilité et de la dangerosité de l’électricité nucléaire : nous ne voulons donc pas nous approvisionner via ces ressources. Nous proposons ainsi une véritable offre renouvelable, avec toutes les difficultés que cela représente, sans externalité négative, et donc à un prix légèrement plus élevé. Et sous forme coopérative : c’est un projet de société, humain ! Ça ne vaut pas 6 € par mois, çà ?

 

Voici la vidéo qui complète ce point : Pourquoi Enercoop est-il plus cher ?

 

Venez nous découvrir : https://derriere-la-prise.enercoop.fr/

 

Faîtes une estimation tarifaire sur notre site, ou bien appelez-nous pour en discuter ! Une personne dans un bureau de Saint-Etienne du Rouvray près de Rouen vous répondra:

Normandie.enercoop.fr

02 32 80 99 80

 

Laurent Ouvrard

Directeur Général

10 Novembre 2017 | Enercoop Normandie

Du même auteur...

Un fournisseur d'électricité 100% renouvelable qui...
22 Novembre 2017 | 0
Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il se passe...
10 Novembre 2017 | 0

Commentaires