"L&L", Joanne Leighton et Camille Laurens en marche

Pour la seconde année, le festival Concordan(s)e fait étape à Evreux, le 28 mars. Ce festival itinérant provoque, depuis une dizaine d'années, la rencontre de chorégraphes et d’écrivain(e)s et leur propose de créer et de jouer, ensemble, une courte pièce de 30 minutes. Ainsi, les deux artistes se retrouvent régulièrement en résidence. A eux de définir le thème, d’inventer leur façon de créer et de jouer. Plusieurs représentations sont données dans des lieux culturels variés  (médiathèques, des librairies…).

En 2019, du 16 mars au 27 avril, sept binômes (1) présentent leur pièce essentiellement en Ile-de-France, dont certaines ont été créées lors d’une édition précédente. L’un de ces binômes réunit Joanne Leighton, chorégraphe habituée de la ville d’Evreux et Camille Laurens, écrivaine et chroniqueuse dans différents journaux. Toutes deux ont fait étape à la médiathèque d’Evreux, du 2 au 7 février et présenteront leur pièce appelée « L&L », toujours à la médiathèque d'Evreux , le 28 mars à 20 h.

Rendez-vous également le 30 mars à la médiathèque de Saint-Herblain (44), le 2 avril à la maison de la poésie à Paris (75) ; le 6 avril à la médiathèque de Fontenay-sous-Bois (94) ; le 13 avril à la bibliothèque intercommunale d'Etampes (91), le 17 avril à la Briqueterie de Vitry-sur-Seine (94), le 20 avril à la médiathèque du Kremlin-Bicêtre (94) ; le 27 avril à la maison Goerge Sand à Nohant (36) (plus d'information sur www.concordanse.com).

Avant de quitter Evreux, le 7 février, Joanne et Camille ont participé à un échange autour de leur travail,  en compagnie de la journaliste et spécialiste de la danse contemporaine Rosita Boisseau. Retour sur des échanges riches.

La rencontre

« Le festival Concordan(s)e est un rendez-vous unique en son genre dont la règle de fonctionnement est simple et compliquée à la fois, rappelle Rosita Boisseau. Il s’agit de commander un spectacle écrit à quatre mains par deux personnes qui ne se connaissent pas et vont échanger leurs savoirs. Jean-François Munnier, le directeur de ce festival, a un talent certain pour imaginer des paires  qui marchent. Même si parfois, bien-sur, il arrive que les deux artistes ne s’entendent pas après une première rencontre. Comment cela s’est-il passé pour vous ? »

Capture d’écran 2019-02-26 à 18.33.33.png

Joanne Leighton : « Notre première rencontre s’est déroulée il y a un an. Jean-François Munnier m’avait parlé du travail de Camille Laurens. J’ai lu plusieurs de ses livres car c’était important pour moi de voir si je me retrouvais dans son travail. Je me suis sentie comme un poisson dans l’eau ! Dans son livre « Encore et jamais : variations » (2), j’ai retrouvé plusieurs de mes thématiques  : la répétition et les variations. On  retrouve ces sujets avec « Les Veilleurs » et « Songlines » (deux spectacles donnés à Evreux, ndlr). J’étais donc très impatiente de rencontrer Camille ! »

Camille Laurens : « Dès le premier café, nous nous sommes entendues pour travailler sur la répétition. Je savais que Joanne travaille depuis plusieurs années sur la marche et son côté répétitif. Nous avons tout de suite su que nous allions trouver un terrain d’entente. Ensuite, j’ai vu « Songlines » en vidéo et cela m’a plu. »

 

La suite sur le blog.

01 Mars 2019 | Laetitia Espérance

Du même auteur...

Michel, c'est une revue semestrielle normande dont le...
21 Mai 2019 | 0
Second volet de la série d'articles sur le Salon l'...
21 Mai 2019 | 0
Je suis allée visiter la première édition du salon à l...
17 Mai 2019 | 0
Didier Desormeaux, journaliste et responsable du...
11 Mars 2019 | 0
string(70) ""L&L", Joanne Leighton et Camille Laurens en marche "
string(52) ""L&L", Joanne Leighton et Camille Laurens en marche "