Une journaliste chassée d'une chambre d'Agriculture ?

Le 16 novembre l'Avenir Agricole, un journal spécialisé diffusé dans les pays de Loire (et donc dans la Sarthe) a publié un article dénonciateur : "Pour le libre exercice du métier de journaliste en Sarthe". Selon l'hebdomadaire, une de ses journalistes aurait été chassée d'une session de la chambre d'Agriculture départementale, pourtant ouverte aux autres représentants de la presse locale.

Toujours selon l'Avenir Agricole, le prétexte invoqué par Jean-Loïc Landrein, le président de la chambre d’agriculture de la Sarthe, serait le suivant : "L’Avenir Agricole n’est pas un journal départemental." L’information agricole ne peut être relayée que par "l’unique journal sarthois : Agri 72". "En tant que président de la Chambre, je décide qui a le droit d’être invité ou non. Cela fait huit ans que j’agis ainsi avec L’Avenir et je continuerai. Votre rédacteur en chef, qui connaît la situation, a été bien mal inspiré de vous envoyer".

Alors bien sûr, il n'y a là qu'un seul son de cloche, et nous n'étions pas là pour attester de la véracité des propos attribués au président de la chambre d'Agriculture sarthoise. Et bien entendu, nous ne sommes pas au fait des guerres intestines que se livrent sans aucun doute les "centres d'influences" agricoles de ce département (Agri 72, est comme beaucoup de journaux départementaux, très proche de la FNSEA).

Mais quoi qu'il en soit, si les faits sont avérés, la faute est grave. Très grave même.

Fermer une session à la presse relève effectivement du choix du président. Mais choisir les journalistes qui ont ou non le droit d'y assister relève de l'abus de pouvoir, de la censure, et, les mots sont faibles, du déni de démocratie. La liberté d'être informé selon le support de son choix est un fondement de notre démocratie. Elle est le garant de la liberté d'opinion. Mieux, la multiciplité des supports d'informations est, pour le lecteur, le moyen le plus efficace d'approcher de la vérité, de se forger sa propre opinion...

Pire, encore : les personnes siégeant à la chambre d'Agriculture sont justement les représentants de la démocratie. Ils ont tous été élus par leurs pairs. Aussi, si les faits sont avérés (insistons sur ce point), l'ensemble des élus présents ce jour là auraient-ils tous dus se lever d'un bon pour signifier son erreur à leur président.

En tout cas, il paraît fort probable que les prochaines sessions de la chambre d'Agriculture de la Sarthe seront désormais bien couvertes par les journalistes de l'Avenir Agricole. Car l'hebdomadaire régional, par son article, a su attirer l'attention, bien au delà de la seule sphère agricole. Les agences de presse telles qu'Agrapresse et l'AFP ont déjà relayé cette dépêche, tout comme Médiapart. Le journal Le Parisien en a fait un article, tout comme Terre-Net... et les réseaux sociaux sont en effervescence... Une publicité bien mal appropriée pour l'organisme consulaire qui, dans ses engagements qualité, prône "la clarté des informations pour une relation en toute confiance", et "l'éthique".

Et une publicité tout aussi mal venue pour la FNSEA, majoritaire dans la Sarthe comme dans la plupart des départements de France, mise en cause (in)directement par les réseaux sociaux.

17 Novembre 2014 | Benoit Delabre

Du même auteur...

Il paraît écrit que l’on parlera encore quelques...
03 Septembre 2015 | 0
Les commentaires des internautes le démontrent : on ne...
12 Août 2015 | 0
Et maintenant ? Bientôt une semaine, et nous sommes...
13 Janvier 2015 | 0
Il m'aura fallu une journée. Une journée à me...
08 Janvier 2015 | 0

Emplacement

76200 Dieppe
France
49° 55' 22.7712" N, 1° 4' 38.9388" E
FR

Commentaires

Photo: 

Selon France Bleu Maine, le président de la chambre d'Agriculture de la Sarthe aurait confirmé avoir demandé à la journaliste de l'Avenir Agricole de quitter la session, sans autre commentaire. Je confirme donc : les faits sont graves et il est heureux que tous les départements de France ne soient pas confrontés à de telles pratiques.
Photo: 

Si les faits sont avérés, et quelque soit l'historique des relations entre L'Avenir et la Chambre d'Agriculture, je trouve incroyable que ce genre d'attitude, non seulement arrive, mais ne suscite aucune réaction dans l'assemblée!!!
Photo: 

Il n'y a pas eu de réactions dans l'assemblée car les faits se sont déroulés alors que la Session n'était pas ouverte. Il y avait encore très peu de d'élus, les autres journalistes n'étaient pas encore présents. Le témoin de toute la scène à été le Directeur Départemental des Territoires. Merci de vos soutiens.
Photo: 

Je comprends mieux dans ce cas. J'espère en tout cas les autres élus de la chambre d'Agriculture vous ont depuis apporté leur soutien.
Photo: 

Parmi les élus, les 3 représentants de la Coordination R et Confédération P ont chacune publié un communiqué. Et ensuite des messages et appels des autres organisations "non alignées". Quelques lecteurs, la député Sylvie Tolmont, des confrères, la presse locale.... Et de nombreux signes d'amitié ou allusions du style "nous on vous laisse entrer.. Ah la porte s'est ouverte pour vous..." à destination des autres journalistes lors de leur reportages. Mais non, rien d'autre du côté des élus CA72
Photo: 

Je ne suis pas surpris que les "minoritaires" se soient manifestés. L'aubaine était trop belle :). Mais c'est dans les rangs de la FDSEA que l'on attend des réactions. Elles se font peut-être d'ailleurs en "off". La réponse à la prochaine session...