VIVE LE CINEMA DOCUMENTAIRE, Miroir de la vie rurale

Nous, à Beaubec Productions, nous produisons des films documentaires ayant pour thématique la ruralité et l'environnement.  Alors, bien sûr, nous sommes attentifs à ce que nos "grands confrères", les "professionnels de la profession", peuvent produire... Et nous admirons depuis fort longtemps le travail d'une Ariane Doublet, par exemple...

Une petite soeur d'Ariane, la réalisatrice Delphine DETRIE, vient elle aussi rejoindre les rangs des documentaristes qui témoignent de la vie rurale . Comme nous, à Beaubec Productions,  avons carrément commencé notre "carrière" par le portrait de Jeanne Maimbourg, dans notre tout premier film "la Bergère et l'Orchidée", nous étions donc fort curieux du récent film  de Delphine : "JEUNE BERGERE". Largement  diffusé, il  rend compte de la vie d'une citadine reconvertie dans l'élevage de moutons de prés-salés, dans la presqu'île du Cotentin.

Le film a su capter, avec une facture "classique" mais très maîtrisée, l'atmosphère si particulière de cette partie singulière de la Normandie. Tout est harmonieux entre les paysages de terre et d'eau, et les scènes de la vie quotidienne de la Bergère...

Mais derrière ce très beau et très touchant portrait, la réalisatrice a su "pointer du doigt" l'envers du décor : les difficultés que rencontre la jeune bergère, dont le parcours est parfois kafkaïen entre l'obligation, pour rendre son exploitation rentable, d'agrandir son troupeau, et la difficulté, voire l'impossibilité, d'utiliser de nouvelles parcelles, solidement tenues et exploitées par quelques "gros" éleveurs du coin, le système d'attribution mis en place privilégiant systématiquent ces derniers, qui en  sont à la fois les décideurs et les bénéficiaires !

Et l'héroïne, Stéphanie, doit faire face en plus à la malveillance caractérisée de ces voisins. Il faut saluer ici le courage de cette jeune femme, qui, calmement, dénonce les faits délictueux, va (sans aucun résultat) à la gendarmerie, et n'hésite pas à casser l'omerta qui règne trop souvent dans ces milieux. Il faut penser que, si la réalisatrice va poursuivre sa carrière ailleurs, Stéphanie, elle, continue à vivre au milieu des gens dont elle relate ici les pratiques - et elle est parfois fort franche dans ses appréciations sur ses voisins. Mais on sent la jeune femme si déterminée, et si droite et honnête dans sa pratique, que le film, à mon sens, va sans doute la servir plutôt que la desservir. Peut-être même que les gendarmes pourraient enfin intervenir efficacement, la prochaine fois qu'un voisin furieux détruira ses clôtures et cherchera à lui nuire ?

Enfin, la démonstration est faite, dans le film, que la pratique agricole, devant les difficultés d'insatallation et de rentabilisation de l'entreprise auxquelles sont confrontés les "jeunes", doit se diversifier. Stéphanie  vit désormais, pour 60 % de ses revenus, des activités annexes à son métier de bergère, entre animations scolaires et vente  de produits fermiers (bio)..

Nous ne pouvons que vous recommander ce documentaire sensible, et juste, et nous croisons fermement les doigts pour souhaiter à Stéphanie de vivre comme elle l'entend, et pour que le milieu agricole, grâce à des belles personnes comme elle, évolue favorablement !

Une page facebook est dédiée au film, vous pouvez y aller de notre part !

 

l'équipe de Beaubec Productions,

Jean-Yves, Marie, Wesley.

 

 

 

 

12 Mars 2019 | Beaubec Productions

Du même auteur...

Les projections de notre documentaire s'enchaînent à un...
21 Mai 2019 | 0
C'est peu de dire que nous sommes contents. Car même si...
21 Mai 2019 | 0
 C'était la première fois de ma vie que je...
25 Avril 2019 | 0
L'association Plantes et Fruits Brayons, dans le cadre...
18 Avril 2019 | 0
string(55) " VIVE LE CINEMA DOCUMENTAIRE, Miroir de la vie rurale  "
string(55) " VIVE LE CINEMA DOCUMENTAIRE, Miroir de la vie rurale  "