Voyage dans la parentalite avec Irene Thery en conference a Evreux

Le festival du film d’éducation, qui se déroulait à Evreux du 4 au 8 décembre, comptait trois débats dans sa programmation.
Retour sur celui du 5 décembre, autour des nouvelles formes de parentalité. Autour de la table, Irène Théry, directrice d'étude à l'EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales), spécialisée dans la sociologie de la famille et Pauline Domingo, directrice du département enfance, jeunesse et parentalité de la CNAF.

Si l’intervention d’Irène Théry, habituée des médias depuis plusieurs années, était passionnante, j’avoue que la suite des échanges m’a laissée sur ma faim. en effet, Pauline Domingo s’est plutôt attachée à expliquer comment les Caf accompagnaient les familles concrètement, notamment  au moment de la naissance et de la séparation. Cette seconde intervention, à mon sens, n’a que très peu abordé les nouvelles formes de parentalité, si ce n’est les séparations et les familles monoparentales. Deux cas de figure qui sont aujourd’hui sont rentrés "dans les moeurs".  Il faut reconnaitre qu’il était difficile d’évoquer les formes émergentes de parentalité dont beaucoup n’entrent pas aujourd’hui dans le champ d’action des CAF.  Des propos qui ne seront pas donc pas repris ici.

Tout le monde a une famille… et c'est bien là le problème !

Sexualité et divorce

Ni décliniste ni progressiste

Tout le monde a une famille… et c'est bien là le problème !
Irène Théry, spécialisée dans la sociologie de la famille depuis de nombreuses années, s’est intéressée au PACS, au mouvement « le mariage pour tous »… Elle a écrit plusieurs ouvrages sur la famille.
En préambule de son intervention, Irène Théry a répondu, avec humour et pédagogie,  à la question « qu’est ce qu’être sociologue de la famille ? »
« Etre sociologue de la famille, c‘est se heurter à un problème. Tout le monde a une famille et a donc l’impression de comprendre les sujets, les problématiques qui y sont liés. C’est exactement le problème inverse que les économistes rencontrent. Les gens passent leur temps à leur dire qu’ils n’y comprennent rien… » s’amuse Irène Théry.

En réalité, il faut un travail en profondeur pour mettre à jour, expliquer les changements et les chocs engendrés par les changements. (...)

Sexualité et divorce

Alors, quelles sont les évolutions observées au sein de la famille en France depuis la seconde guerre mondiale ?
Dans les années 1945-1960, la famille était très différente  de ce que nous connaissons aujourd’hui. Le mariage était incontournable, engendrait de nombreuses naissances avec une mère au foyer et il n’y avait pas de divorce.
Entre les années 1965-1970,  des changements apparaissent. Les relations sexuelles hors mariage sont peu à peu acceptées et le nombre de mariages diminue. Aujourd’hui, 60 % des enfants naissent hors mariage quand  un couple sur deux divorce.
20 % des des familles sont monoparentales et connaissent le plus souvent des problèmes économiques. Ces évolutions  autour de la famille ont été beaucoup discutées dans les années 1980-2000.

« A l’heure actuelle, ce sont les fondements de la parentalité qui sont questionnés, relève Irène Théry. En 1996, un couple était forcement hétérosexuel. » Avec l’émergence de couples du même sexe les questions autour de la gestation pour autrui, l’accès à ses origines  émergent. Par ailleurs, un tabou sur les violences intrafamiliales se lève.

Ni décliniste ni progressiste

La suite par ici ! Découvrez les quatre défis que nous avons à relever dans le domaine de la parentalité.

19 Décembre 2018 | Laetitia Espérance

Du même auteur...

Michel, c'est une revue semestrielle normande dont le...
21 Mai 2019 | 0
Second volet de la série d'articles sur le Salon l'...
21 Mai 2019 | 0
Je suis allée visiter la première édition du salon à l...
17 Mai 2019 | 0
Didier Desormeaux, journaliste et responsable du...
11 Mars 2019 | 0
string(66) "Voyage dans la parentalite avec Irene Thery en conference a Evreux"
string(66) "Voyage dans la parentalite avec Irene Thery en conference a Evreux"