Crise Agricole. La Normandie va t'elle suivre la Bretagne ?


Photo : Jeunes Agriculteurs de la Sarthe.
Les manifestations ont gagné la Normandie le 22 janvier. Y aller, ne pas y aller ? : Témoignage d'un jeune agriculteur de Coutance.

 

Pas encore membre de la communauté d'Agri-Culture.fr ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

      

 

L'annonce "d'un ajustement en raison des difficultés rencontrées" du plan de soutien du gouvernement à l'élevage le jeudi 21 janvier par Stéphane Le Foll, Ministre de l'Agriculture n'a pas suffit à calmer les manifestants.

De la Bretagne, des actions d'agriculteurs ont gagné la Normandie à partir des premières heures de la journée. Pour autant, les agriculteurs normands vont-ils suivrent les bretons dans les actions de blocage de routes ?

Frédéric Lemière, jeune agriculteur de Coutances, nous livre ses impressions sur l'actualité.
 

 

Soirée agitée à Quimper

Actions nocturnes dans l'Orne

Blocages de laiteries dans le Calvados

Réveil du Préfet à Rennes

Manifestation à Saint-Malo

Blocages sur N12 et N164 dans les Côtes-d'Armor

Témoignage de Frédéric Lemière, jeune agriculteur de la Manche

 

 

Soirée agitée à Quimper

 

La cérémonie de voeux du Préfet a attiré des agriculteurs hier soir à Quimper. Aucun trouble vis la vis de la cérémonie en elle-même dans la Préfecture, mais un rassemblement spontané d'agriculteurs en début de soirée avec tracteurs et bennes de déchêts.

Pour une soirée qui a tourné à la confrontation tendue avec les forces de l'ordre aux abords de la Préfecture. 

 

Vidéo du Télégramme de Brest - Préfecture de Quimper :

 

 

 

Actions nocturnes dans l'Orne

 

Les Jeunes Agriculteurs de l'Orne ont mené des actions pendant la nuit, prenant pour cible des industriels de la filière agro-alimentaire.

18 bennes de fumier au total ont été comptabilisés sur trois sites : abattoir Socopa à Gacé, laiterie Lactalis à Domfront et l'usine de viande Charak à Flers.

 

Photo : Jeunes Agriculteurs de l'Orne.

Dans un communiqué commun JA de l'Orne et JA de Normandie, Guillaume Larchevêque, Pierre Lebaillif et Charles-Henry Lebrun adressent un ultimatum aux transformateurs de leurs productions : "Arrêtez de vous gaver, payez le juste prix !"

"Alors que les industriels disposent d’une marge de manœuvre, ils doivent impérativement revaloriser les prix afin d’envoyer un signe positif à la grande distribution dès ce début d’année. Et pendant ce temps, à qui profite la crise ? Aux industriels justement, que ce soient les transformateurs laitiers ou les abattoirs. Chez eux, le partage de la valeur ajoutée, ils ne connaissent pas. Nous disons stop !"

Les Jeunes Agriculteurs de Normandie, annoncent la mise en oeuvre prochaine de nouvelles actions.

 

 

Blocages de laiteries dans le Calvados

 

Le JA du Calvados ont suivi leur collègues de l'Orne dans l'idée de bloquer des laiteries. Mais avec semble t'il moins de succès.

La soirée du 21 janvier a vu le blocage pendant 1 heure de la laiterie Lactalis de Beuvillers par une quinzaine d'agriculteurs. Puis le groupe s'est rendu à la laiterie Graindorge de Livarot, trouvant là une usine fermée.

Une incursion dans l'Orne les a conduit ensuite à la laiterie Lactalis de Vimoutiers, avec la retenue sur place d'un camion pendant une demi heure. Avant de bloquer trois camions Lactalis pendant 1 heure 30 à Saint-Martin-de-la-Lieue.

 

Blocage de camions à Saint-Martin-de-la-lieue durant la nuit du 21 au 22 janvier - Photo Alex Meunier
 

 

 

Réveil du Préfet à Rennes

 

Dans une action baptisée "Faites du bruit", la FDSEA 35 a donné rendez-vous a ses sympathisants à 6h30 devant la préfecture de Rennes.

Une délégation a été reçue en Préfecture par le Préfet et le Directeur Régional de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt.

Les Manifestants sont allés ensuite bloquer les accès d'un supermarché Leclerc.
 

Photo : FDSEA35.

Le syndicat fustige dans un communiqué le plan d'aides gouvernemental et accuse l'Etat français d'être "timoré, calculateur et conservateur". Affirmant qu'il "n'ose pas bousculer ses partenaires. Et défendre ses producteurs et son agriculture comme il le devrait".

 

 

 

Manifestation à Saint-Malo

 

Une centaine d'agriculteurs et une quarantaine de tracteurs se sont rassemblés à Saint-Méloir-des-Ondes ce 22 janvier à 10 h à l'initiative de la FDSEA d'Ille-et-Vilaine. Ils se sont dirigés en convoi vers la sous-Préfecture de Saint-Malo, une délégation étant reçue en début d'après-midi par le sous-préfet.

La FDSEA s'insurge contre le plan d'urgence du Gouvernement : "On est venus manifester en été, ça n'a rien donné. Des milliers de dossiers ont été déposés. Résultat : quasiment aucune aide versée à ce jour. Nos exploitations crèvent de cette situation."

 

 

 

Blocages sur N12 et N164 dans les Côtes-d'Armor

Rebelote aujourd'hui pour le jeu du chat et de la souris entre manifestants et forces de l'ordre sur les routes des Côtes-d'Armor.

Un point de blocage de la RN12 a été à nouveau organisé aux abords de Guincamp, au niveau de la sorte de Kernilien. De même qu'à Tramain, entre Dolo et Lamballe. Plus loin, c'est sur la N164 à proximité de Mûr-de-Bretagne, qu'a eu lieu un autre blocage de route.

Pour Didier Lucas, président de la FDSEA 22, "il est hors de question d'arrêter sans résultat. On va faire une pause dans les actions ce weekend. On va reprendre mardi, et on pourrait bloquer toute la Bretagne".

 

 

 

Témoignage de Frédéric Lemière, jeune agriculteur à Coutances

 

Installé depuis 4 ans à Coutances sur une exploitation produisant lait, viande et céréales, cet agriculteur de 28 ans n'en mène pas large quand il s'agit d'imaginer son futur sur le plan professionnel.

Ayant connu le syndicalisme en adhérant aux Jeunes Agriculteurs, Frédéric Lemière jette un regard désabusé sur les actions syndicales de la nuit en Normandie. "Ça ne sert à rien de faire ça, c'est nettoyé une heure après." Mais aucun ressentiment exprimé vis à vis du syndicalisme jeune ou des aînés de la FDSEA pour autant.

Simplement Frédéric se trouve dans la situation de nombre d'agriculteurs face à cette crise sans précédent. Il ne sait vers qui se tourner au niveau syndical pour appréhender cette crise agricole.

Entre les remboursements d'emprunts entamés quand le lait était à 340 euros les 1000 litres et les futurs investissements nécessaires, il navigue à vue au quotidien pour faire face. Les achats de matériels, c'est "même pas en rêve". Avec un lait aujourd'hui à 280 euros, il se tend immédiatement à l'évocation d'un prix annoncé beaucoup plus bas pour la fin de l'année.

 

La tentation de la Coordination Rurale

Frédéric Lemière nous évoque sa participation à la réunion de Crollon organisée mercredi 20 janvier par Yannick Bodin de la Coordination Rurale de la Manche (Voir notre interview d'hier).

Cette réunion, il la voit tout d'abord comme utile sur le plan humain. Se rassembler, discuter, se soutenir dans une période "où il ne faut pas rester seul chez soi".

Mais le fond reprend vite le dessus. Frédéric Lemière, manifestement impressionné de voir une fois de plus les bretons à l'initiative d'actions, se demande comment lui aussi participer. Et quitte à participer, autant le faire à plusieurs : "Il ne faut pas que le mouvement s'essouffle, et qu'ils n'aient fait ça pour rien".

Lançant un appel sur les réseaux sociaux à la solidarité paysanne, le voilà en train de faire la promotion des prochaines réunions de Yannick Bodin. Et mine de rien de se retrouver dans la démarche de bouche à oreille justement voulue par la Coordination Rurale. "J'en ai assez des messages laconiques du réseau JA - FDSEA reçus le soir pour annoncer une action le lendemain sans aucune concertation", nous précise t-il.

Discuter, être écouté, proposer. A l'entendre, ces réunions ouvertes à tous par un leader syndical souhaitant rallier les déçus de la FNSEA, feront plus bouger les choses qu'avec méthodes traditionnelles des syndicats. Sommes-nous dans l'amorce d'une nouvelle forme de syndicalisme agricole plus ouvert, plus concerté ? Est-ce une réaction à la brèche ouverte par les Bonnets Roses dans le contrôle de la base des syndicats ? L'avenir le dira...

 

Blocage à venir de l'A84 ?

Et quand on le questionne sur le type d'actions à entreprendre, sa conviction première suit l'action vis à vis des politiques entamée par la Coordination Rurale. "Il faut s'adresser à eux et leur faire remonter le message de plus en plus haut. Pour avancer, il faudra entamer un vrai dialogue avec les politiques".

Puis vient la défense du prix payé aux producteurs. Là aussi des discussions avec les distributeurs s'imposent pour lui. "On ne peut pas tout casser en manifestation, ça ne sert à rien. Même si on sait que certains qui n'ont plus rien à perdre sont prêts à le faire". Ainsi son coeur balance. Les blocages de la RN12 par les bretons l'impressionnent. Et lui font dire : "s'il y a décision de bloquer l'A84, j'irais".

Alors ces manifestations actuelles, inutiles ou pas ? Le débat est ouvert. On espère en tous cas que la réponse viendra très rapidement.

 

S'adapter pour survivre

Frédéric Lemière le sait, il va falloir se battre encore plus demain sur l'exploitation. Pour lui, le chemin passe dans l'élevage avec une évolution des méthodes de production.

Avec une opération simple à détailler : plus d'herbe pour moins de concentrés alimentaires. Et engranger des revenus complémentaires avec des broutards en plus de taurillons.

 

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant ! Et suivez chaque semaine nos infos grâce à la newsletter.

 

Merci de cliquer sur j’aime Agri-Culture pour suivre nos actualités et/ou de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés .

Et pour la diffusion de vos ventes, quelles soient personnelles ou commerciales, vous avez la possibilité de passer des petites annonces sur Agri-Culture, média rural.

 

      

 

La suite de cet article est réservée aux membres de la communauté.


Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !



22 Janvier 2016 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.

Prolonger la lecture

L'agriculture normande face au Covid-19 : "On tient le choc"
Tour d'horizon de la production à la distribution. Carte des points...
29 Mars 2020 | Benoît Thiollent
SIA 2020. En Normandie, la fête malgré la grisaille
SIA 2020. En Normandie, la fête malgré la grisaille
Une "météo économique variable" sur le pavillon Normandie du Salon de...
03 Mars 2020 | Benoît Thiollent
Mon Panier 76, la promotion des produits locaux de Seine-Maritime
Mon Panier 76, la promotion des produits locaux de Seine-Maritime
Un répertoire web de 300 producteurs locaux est mis à disposition des...
28 Février 2020 | Benoît Thiollent
SIA 2020 - Pas de podium pour les jeunes bergers normands
Léonie Carpentier et Martin Duval représentaient la Normandie lors de...
23 Février 2020 | Benoît Thiollent
string(64) "Crise Agricole. La Normandie va t'elle suivre la Bretagne ?"
string(59) "Crise Agricole. La Normandie va t'elle suivre la Bretagne ?"