Mémé Meuh : un nom, une recette… et du goût !


Marie-Laure Viret, lors du Salon Gourmand à Rouen. (Photo : B.Delabre)
Marie-Laure Viret est l’une des lauréates des derniers Trophées de l’Agroalimentaire de Normandie. Nous l’avons rencontrée...

 

 

Marie-Laure Viret travaillait dans la fonction publique. Mais un jour, motivée par l’envie de faire quelque chose par elle-même, elle lâche tout pour lancer sa propre entreprise. Celle-ci ouvre en 2015. Et depuis, elle est l’hôte régulière des médias de Normandie et même parfois nationaux…

Il faut dire que Marie-Laure Viret a trouvé un truc imparable pour interpeller à la fois ses clients et les médias. un nom énygmatique et rigolo : Mémé Meuh.

L’histoire de ce nom, bien des normands la connaisse désormais. La grand-mère de Marie-Laure était éleveuse dans le pays de Caux, et la petite Marie-Laure a vécu durant 6 ans chez celle qu’elle appelait affectueusement Mémé « Meuh ».

Mais plus qu’un clin d’œil, cette marque est aussi le reflet du concept même de l’entreprise créée par Marie-Laure-Viret : remettre au goût du jour des recettes normandes un peu oubliées. Avec en chef de file, le biscuit à la peau de lait, l’une des recettes favorites de la grand-mère de Marie-Laure.

Partant de la recette familiale, la jeune femme a aussi intégré l’air du temps, en proposant en plus du biscuit « nature », des déclinaisons aux pépites de chocolat et au caramel au beurre salé. Tous les ingrédients sont locaux : les farines proviennent du Moulin de Vittefleur, lait et crème sont issues des fermes avoisinantes… même pour le sucre « j’essaie de me fournir à la sucrerie de Fontaine-le-Dun ».

Malgré son succès médiatique, enrichi encore par l’obtention d’un récent trophée de l’agroalimentaire, Mémé Meuh n’est toutefois pas au bout de ses peines. Pour l’heure, la jeune femme ne dispose en effet pas de son propre laboratoire. Elle profite donc des cuisines des restaurants de Veulettes-sur-Mer pour réaliser ses produits.

« Le but c’est de vendre un peu sur les marchés et les salons pour mettre de l’argent de côté pour avoir mon propre laboratoire, et ensuite pouvoir produire davantage. » Un investissement indispensable pour passer à l’étape suivante : l’approvisionnement d’épiceries fines. Avant peut-être l’embauche d’un salarié pour assurer la production.

 

Mémé Meuh
76450 Veulettes-sur-Mer  - Tél. 06.58.86.74.89

 

Si cet article vous a plu, merci de cliquer sur j’aime Agri-Culture pour suivre nos actualités
et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux préférés .

Et pour la diffusion de vos ventes et recherches, quelles soient personnelles ou commerciales, vous avez la possibilité de passer des petites annonces sur Agri-Culture, média rural.

Emplacement

76450
France
FR
12 Novembre 2015 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

L'agriculture normande face au Covid-19 : "On tient le choc"
Tour d'horizon de la production à la distribution. Carte des points...
29 Mars 2020 | Benoît Thiollent
Annulation de la Fête de la bière artisanale normande 2020
Prévue le 5 avril à l'abbaye de Gruchet-le-Valasse, la fête de la...
11 Mars 2020 | Benoît Thiollent
Mon Panier 76, la promotion des produits locaux de Seine-Maritime
Mon Panier 76, la promotion des produits locaux de Seine-Maritime
Un répertoire web de 300 producteurs locaux est mis à disposition des...
28 Février 2020 | Benoît Thiollent
Le Crédit Agricole Normandie Seine s'attaque à l'agri-bashing
Une action de communication sur des initiatives agricoles haut-...
13 Décembre 2019 | Benoît Thiollent
string(88) "Mémé Meuh : un nom, une recette… et du goût !"
string(50) "Mémé Meuh : un nom, une recette… et du goût !"