Un parcours de sculptures à découvrir à Evreux jusqu'en novembre.


Photo : Le Hangar
Jusqu’au 8 novembre, 1,5 km de balade artistique entre la place Sepmanville et la gare SNCF.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

             
 

Année après année, le Parcours de Sculptures a fait son nid à Evreux.

Créé en 2012 à l'initiative de l'association culturelle le Hangar, le parcours de sculptures se déploie dans la ville au printemps pour une découverte d'oeuvres d'artistes d'ici et d'ailleurs.

Cette année, l'itinéraire relie la nouvelle place Sepmanville (derrière l'Hôtel de ville ) au jardin botanique. Une seule modification , l'oeuvre Totem prévue à la Gare SNCF a du être déplacée sur les berges de l'Iton place de l'Hôtel de ville.

Au total, les visiteurs peuvent admirer cette année six installations éphémères et huit autres œuvres pérennes. Car la municipalité possède déjà cinq œuvres achetés lors des éditions précédentes du Parcours de sculptures. Cette richesse artistique municipale est possible grâce à des partenaires institutionnels et des mécènes privés.

Trois sculpteurs ont été invités en 2020 : Pedro Marzorati, Cyrille André et Elodie Boutry.

Pedro Marzorati

Plusieurs œuvres de Pedro Marzorati sont à découvrir sur le parcours : Une œuvre en deux parties "Les nouveaux chemins" au Miroir d'eau et rue du Dr Lerat. La sculpture "En même temps" place Sepmanville. Et une sculpture Promenade Charles II de Navarre.

L'artiste argentin réalise des installations poétiques de land art en relation avec les changements climatiques. Ses projets sont fondés sur la réinterprétation de la nature, le détournement d'objets et des codes qui nous sont connus. Il cherche à changer la perception que nous en avons pour jouer avec eux dans un monde imaginaire.

Les nouveaux chemins 2 :
De nos jours les dégradations de l’environnement engendrent des mouvements de populations de plus en plus importants, et le changement climatique donne un autre relief à ces migrations.
L’ensemble de l’installation donne au visiteur une impression de fragilité, comme si le personnage et le ponton étaient en train de s’envoler dans les airs, sous leurs yeux. Cette sensation est aussi renforcée par le jeu de miroir qui se mélange avec l’eau et le reflet du ciel

 

Photo : Le Hangar

 

En même temps est une œuvre énigmatique mettant en scène un homme assis sur une étrange chaise et dont le regard se perd à la surface de l’eau. Les yeux dans le vague, l’homme songe. Il nous invite ainsi à nous poser, à prendre le temps de regarder autour de nous, de voir le monde se transformer et de se questionner sur ces changements. Son siège rappelle le squelette d’un arbre et réfère à une Nature malmenée, vestige d’une luxuriance révolue. En ce sens l’œuvre alerte, mais résonne aussi avec les installations Les nouveaux chemins en faisant de cet homme mystérieux le spectateur songeur des nouvelles perspectives prises par ses contemporains.

 

Photo : Le Hangar

Cyrille André

Depuis 2018, l'oeuvre « Bâtisseur de Cathédrale I » de Cyrille André, acquise par la ville d'Evreux, est visible place Mandle prés de la poste. L'artiste revient en 2020 avec « Mémoire d'eau », une baleine blanche à découvrir dans les arbres du jardin botanique.

Photo : Le Hangar

 

Mémoire d’eau : La sculpture donne forme à une image résiliante issue d’un rêve nocturne. La présence de cette baleine nageant dans les airs entre les fûts des arbres ouvre une fenêtre sur d’autres dimensions du temps et de l’espace. On peut ainsi imaginer quelle était la nature de ce paysage à l’échelle du temps géologique et/ou quelles conséquences pourraient avoir une élévation catastrophique du niveau des océans causée par un réchauffement climatique extrême. Cette installation offre donc un double enjeu : inviter à la rêverie intime et collective, et inciter à une réflexion sur l’importance du dérèglement climatique.

Cyrille André s'interroge ainsi sur l'humanité, sur notre place dans la société, ainsi que sur la teneur et la qualité des relations humaines.

 

Elodie Boutry

L'installation d'Elodie Boutry « Ikosa », est à découvrir promenade Robert de Flocques. L'artiste propose également la sculpture « Totem » sur les bords de l'Iton place de l'Hôtel de ville.

 

Photo : Le Hangar

 

Ikosa, en grec ancien signifie vingt.


Cette installation éphémère est constituée de 16 icosaèdres. L’icosaèdre fait partie des 5 solides platoniciens. Platon associait chacun des quatre éléments à un solide régulier. L’eau était associée avec l’icosaèdre.

A partir de là, la règle du jeu est simple. Il s’agit de démultiplier ce polyèdre afin de rejoindre les deux côtés de la rivière. A la fois structure organique et géométrique, Ikosa, sous forme d’une chenille colorée, tente de recréer un pont utopique au-dessus de l’Iton. Cependant, d’une rive à l’autre, le passage se fait par la pensée.

L'artiste normande vivant à Vernon appréhende la peinture comme vecteur de stimulation et de plaisir rétinien.

La débarrassant de ses supports traditionnels, elle projette des couleurs franches, des lignes brisées aux angles aigus qui viennent envahir le paysage, en questionnant la frontière entre peinture et sculpture.

 

 

Une Conférence

Une conférence sur "Cezanne et les Maitres" est proposée le lundi 6 juillet à 19 h au Hangar (nombre de places limitées, sur réservation )
Au total, les visiteurs pourront admirer les six installations éphémères et huit autres œuvres pérennes sur un parcours d’environ un kilomètre, allant de la place Sepmanville au Jardin botanique.

Galerie Le Hangar, 7 rue Barrey 27000 Evreux

Parcours de sculptures entre la place Sepmanville et la gare SNCFjusqu'au 8 novembre.

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

Emplacement

27000
France
FR
10 Juin 2020 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Le Festival Rugl'Art 2020 met à l'honneur les travailleurs du confinement
Une exposition photo géante à ciel ouvert du 11 juillet au 30...
07 Juillet 2020 | Benoît Thiollent
Les artistes normands se pressent au Festival 55
Chaque jour jusqu'au 23 août, un spectacle interdisciplinaire...
07 Juillet 2020 | Benoît Thiollent
Une faussaire expose au château de Carrouges
La post-photographie de Sabine Pigalle, jusqu'au 6 septembre 2020
06 Juillet 2020 | Benoît Thiollent
Du 8 au 19 juillet, des émissions et des rencontres numériques interactives pour transmettre à tous le plaisir de lire.
Partir En Livre 2020 : un bouquet digital et des animations en Normandie
Du 8 au 19 juillet, des émissions et des rencontres numériques...
01 Juillet 2020 | Benoît Thiollent
string(103) "Un parcours de sculptures à découvrir à Evreux jusqu'en novembre."
string(68) "Un parcours de sculptures à découvrir à Evreux jusqu'en novembre."