Il faut sauver le parler normand !


Un branle-bas de combat est nécessaire en Normandie, car la langue normande se meurt.

 

Pas encore membre ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

 

 

Un colloque sur le patrimoine immatériel des parlers normands, la mise en place d'un Conseil Scientifique et Culturel et les actions des associations membres de la Fédération des Associations pour la Langue normande... 2020 s'annonce sacrément normande.

 

Dauns mon loceis normaund pique ch’est ainchin qu’je prêche.
J’guette d’eun bord et de l’âote et touot me viynt coume i deit

Dans ma langue normande, puisque c’est comme ça que je m’exprime.
 Je regarde d’un côté et de l’autre, et tout me vient comme il faut

 

L'année à commencé par une 2e édition de la rencontre régionale des parlers normands. Le 11 janvier 2020 l’Hôtel de Région à Rouen a raisonné de paroles et de chants normands.

 

 

Mais de quoi parle t'on ? Le normand est une langue d’oïl, une langue régionale de France, pourvue d’un vocabulaire de plus de 40 000 mots, d’une grammaire et d’une conjugaison propre. Les avis sont partagés à son sujet. Patois rural en voie d'extinction pour les uns. Véritable langue écrite et orale susceptible d'intéresser les nouvelles générations pour ses ardents défenseurs... qui croire ?

Mais concrètement, qui parle normand aujourd'hui ? A vrai dire, plus grand monde. L'Atlas Unesco des langues en danger apporte une preuve de cette situation critique. Référencé parmi 6000 langues en danger de disparition, le normand est classé parmi les langues étant "sérieusement en danger". Faute de transmission intergénérationnelle.

La Fédération des Associations pour la Langue normande (F.A.L.E) a entrepris en 2017 de recueillir auprès des Normands leur sentiment vis-à-vis de notre langue régionale. A savoir la manière dont ils l’emploient et leur avis sur l’avenir à donner au normand.

 

La F.A.L.E. veut sauvegarder le "Parler normand"

 

Forte des 750 questionnaires remplis, la FALE a établi que 26,9% des sondés ont déclaré parler normand quotidiennement ou de temps en temps et 63,9% déclarent ne pas parler réellement normand tout en connaissant quelques mots, quelques expressions.

Pour arriver à un constat sans appel : "Il semblerait que l’un des derniers bastions de la langue normande soit l'ouest de l'Eure, mais la part de locuteurs dans ce département doit difficilement dépasser les 2%. Dans le Cotentin, le nombre de locuteurs est estimé à 5% de la population. Sur l’ensemble de la Normandie, nous considérons qu’il y a encore environ 20 000 locuteurs réguliers et occasionnels."

Cette faible connaissance de langue n'entache pas pour autant le potentiel de sympathie qu'elle dégage dans la population. L'enquête de la Fale balaie même la tentation du repli identitaire : "Aucune idée de repli identitaire ou de discrimination dans cette valorisation de la langue et de l’identité normande. A la question « la pratique du normand est-elle pour vous un signe d'ouverture ou de repli sur soi-même ? » 72,9% des personnes interrogées répondent que c'est un signe d'ouverture à la fois sur d'autres cultures, d'autres langues et également sur notre propre région."

 

Chants de Théo Capelle, de l'association Magène - Photo : Benoît Thiollent.

 

Un atlas linguistique, des panneaux et des animations

L'année 2019 a vu le démarrage d'un projet d'atlas linguistique numérique. Avec la numérisation du fonds documentaire constitué par « L'Atlas linguistique et ethnographique normand ». Ouvrage réalisé par Patrice Brasseur de 1970 à 1977 dans les cinq départements normands et les îles anglo-normandes de Jersey, Guernesey et Sercq. 

Pour donner une visibilité à ce patrimoine immatériel, la Fale souhaite proposer aux communes de doubler leurs panneaux d'entrée et sortie de territoire avec leur nom en normand.  

Et la Fale va continuer en 2020 la collecte et le recensement des ouvrages relatifs aux parlers normands et va poursuivre la promotion entamée des jeux et sports normands.

 

Un conseil Scientifique et Culturel

Le collectif d'associations va se voir épauler par Conseil Scientifique et Culturel des parlers normands. Celui-ci aura pour mission de garantir la qualité scientifique des travaux et projets menés dans le cadre du plan régional de sauvegarde et de valorisation des parlers normands initié par la Région.

Composé de 16 experts, ce conseil scientifique a pour feuille de route la mission de donner leur avis sur le projet intitulé « Trois siècles de migrations francophones en Amérique du Nord, 1640-1940 », porté par l'association La Loure. Celui-ci porte sur les circulations linguistiques et culturelles entre la Normandie et l'Amérique du Nord à travers son patrimoine chanté de tradition orale.

Autre dossier à venir, la traduction des noms de communes en vue de l’installation de panneaux signalétiques en normand à l’entrée et à la sortie des communes ;

Et la conception d'un kit pédagogique sur l'histoire de la Normandie et de ses parlers, en lien avec le Réseau Canopé.

 

Les membres du Conseil Scientifique et Culturel des parlers normands (CSC) - Photo :  Biernacki / Région Normandie

 

Les membres du Conseil scientifique et culturel de la langue normande :

Brigitte Horiot: linguiste  - Bernard Desgrippes: collecteur et auteur spécialiste des parlers normands - Geraint Jennings: linguiste, professeur et homme politique à Jersey - Julie Deslondes: directrice des archives départementales du Calvados - Gérard Granier: professeur, président de l'Académie des sciences, arts et belles lettres de Rouen, directeur de la rédaction de la revue "Etudes Normandes" - Séverine Courard: journaliste et linguiste - Mari Jones: linguiste - Roger Jouet: professeur émérite d'histoire médiévale - Stéphane Lainé: enseignant chercheur en linguistique et dialectologie - Edouard de Lamaze: vice-président en charge du patrimoine immatériel des parlers normands au conseil régional - Christophe Maneuvrier: professeur d'histoire médiévale - Jean-Pierre Montreuil: professeur émérite en linguistique et dialectologie romane et écrivain en langue normande - Jean-Pierre Marin: président de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen - Sophie Poirey: professeur de droit normand - les animateurs de la FALE.

Les associations membres de la FALE

APNOR – Association des parlers de Normandie ; Les Amis du donjon de Bricbé/Bricquebec ; La Chouque ; L’émai ; Fédération des jeux et sports normands ; Magène ; Le Pucheux ; Société Alfred Rossel ; UPNC – Université populaire normande du Coutançais ; URC – Université rurale du cauchois

 

Toutes nos actualités en 1 clic

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

Emplacement

France
FR
28 Janvier 2020 | Benoît Thiollent

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Les 35e Journees europeennes du patrimoine dans l'Orne
Les 37e Journées Européennes du Patrimoine dans l'Orne
Les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020, de nombreux lieux d'...
10 Septembre 2020 | Benoît Thiollent
abbaye de hambye journée européennes du patrimoine visite
Les 37e Journées Européennes du Patrimoine dans la Manche
Les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020, de nombreux lieux d'...
08 Septembre 2020 | Benoît Thiollent
Les écuries du château de Bizy. (Photo : Sergey Prokopenko)
Les 37e Journées Européennes du Patrimoine dans l'Eure
Les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020, de nombreux lieux d'...
08 Septembre 2020 | Benoît Thiollent
Le château de Martainville musée des traditions normandes. (Photo : B.Delabre)
Les 37e Journées Européennes du Patrimoine en Seine-Maritime
Les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020, de nombreux lieux d'...
08 Septembre 2020 | Benoît Thiollent
string(34) "Il faut sauver le parler normand !"
string(34) "Il faut sauver le parler normand !"