Marais Vernier - Risle Maritime : zone humide d'importance internationale


Photo : B.Delabre
Le 26 avril 2016, les sites du marais Vernier et de la Risle maritime ont officiellement reçu le label Ramsar. l'aboutissement d'un travail de longue haleine.

 

Nous voilà remontés dans le temps… Au temps de la convention internationale de Ramsar, relative à la protection des zones humides (1971)… Au temps même du Plan Marshall (1947) ! Pourtant nous sommes bien en avril 2016. Et c’est aujourd’hui que refont surface ces vieux évènements du XXème siècle.

Pourquoi ? Parce que ce 26 avril 2016, l’ensemble de sites naturels Marais Vernier - Vallée de la Risle maritime s’est vu remettre officiellement la labellisation au titre de la Convention de Ramsar. Une reconnaissance internationale de l’importance écologique de cette zone humide qui s’étend sur 9 564 hectares et 3 Communautés de Communes.

Du plan Marshall au label Ramsar

 

Un levier de développement territorial

 

 

 

Du plan Marshall au label Ramsar

 

Ce projet était porté depuis le printemps 2014. La communauté de communes de Quillebeuf-sur-Seine et le Parc naturel régional des boucles de la Seine Normande s’associent alors pour porter conjointement une candidature au titre de la Convention internationale de Ramsar.

Ils sont rapidement rejoints par les deux autres communautés de communes concernées : celle de Pont-Audemer et celle Beuzeville. Le 18 décembre 2015, cette candidature aboutit et, le site du marais Vernier et de la vallée de la Risle maritime deviennent officiellement le 44ème site Ramsar français.

 

De g. à dr. : Jean-Marc Leprévost (maire de St-Sulpice-de-Grimbouville), Benoît Gatinet (président de la Communauté de communes de Quillebeuf-sur-Seine) , Jean-Pierre Girod (président du Parc naturel régional des Boucles de la Seine) et Didier Péralta (Conseiller Régional).

Alors Ramsar d’accord, mais pourquoi le plan Marshall ? Et bien parce que pour arriver à cette labellisation, les acteurs du marais Vernier et de la vallée de la Risle maritime ont dû travailler dur. Et notamment pour rattraper les dégâts écologiques provoqués par le plan Marshall.

Après guerre, répondant à la nécessité de relancer l’économie et de nourrir la population, les acteurs économiques du marais Vernier ont ainsi cherché à intensifier l’agriculture, par la mécanisation et le drainage des sols.

Un échec. Le sol tourbeux du marais ne convenait pas. Mais ces tentatives peu fructueuses ont laissé des traces : tassement de la tourbe, minéralisation, perturbation des réseaux hydrauliques…  Au point que la Grande Mare, réserve de chasse et pépite environnementale du marais en a été menacée de comblement.

Il aura fallu plusieurs années de travaux menés par le parc naturel régional et des acteurs locaux (fédérations de chasseurs, associations naturalistes, collectivités locales…) pour parvenir à rétablir un semblant d’équilibre dans la plus grande tourbière de France. Et alors postuler à cette labellisation Ramsar, dont bénéficient déjà la baie du Mont Saint Michel et la baie des Veys.

 

 

Un levier de développement territorial

 

Certes. Mais dans quel but ? « Ramsar va être un levier important pour nos territoires » assure Benoît Gatinet, le président de la Communauté de Communes de Quillebeuf-sur-Seine. Les collectivités locales espèrent en effet capter une partie du flux touristique que draine l’estuaire de Seine, à travers Deauville, Honfleur ou le Havre.

La reconnaissance internationale de la valeur patrimoniale de ce site naturel devrait participer à attirer les visiteurs. Au même titre d’ailleurs que la reconnaissance au patrimoine mondial de l’Unesco de la ville du Havre a eu un retentissement important sur l’activité touristique.

Derrière l’augmentation du nombre de visiteurs, les acteurs du territoire espèrent naturellement voir se développer l’économie : hôtellerie, restauration, agriculture et produits du terroir, artisanat... Ils comptent d’ailleurs l’encourager en développant l’offre touristique : nouvelles prestations, facilités d’accès aux sites remarquables, etc.

 

 

Soutenez Agri-Culture.fr, média rural indépendant :

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés !

Suivez nos infos grâce à la Newsletter. Pour vos ventes et événements, pensez aux Petites Annonces.

 

02 Mai 2016 | Benoit Delabre

Inscrivez-vous pour écrire des commentaires.



Prolonger la lecture

Partez à la découverte des espaces naturels sensibles de Seine-Maritime
Jusqu'à l'automne, des sorties sont proposées sur 24 sites...
31 Mai 2022 | Benoit Delabre
La nature dans l’Orne à découvrir jusqu'à l'automne
La nature dans l’Orne à découvrir jusqu'à l'automne
D'avril à novembre, l’Orne propose au public de découvrir ses...
29 Mars 2022 | Benoît Thiollent
La journée mondiale des zones humides 2022
Des visites-découverte des marais sont proposées en février en...
30 Janvier 2022 | Benoît Thiollent
Nature : 37 sorties gratuites cet hiver en Seine-Maritime
Nature : 37 sorties gratuites cet hiver en Seine-Maritime
Jusqu'à mars 2020, les espaces naturels de Seine-Maritime s'ouvrent...
13 Novembre 2019 | Benoît Thiollent
string(78) "Marais Vernier - Risle Maritime : zone humide d'importance internationale"
string(73) "Marais Vernier - Risle Maritime : zone humide d'importance internationale"